Pauvreté : Plus d’un million de pauvres en plus au Sénégal

0 93

Le nombre des pauvres au Sénégal a augmenté entre 2011 et 2018, passant de 5, 8 à 6 millions, selon les chiffres de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

 Le Sénégal a beau avoir terrassé l’inflation et connaître une certaine embellie économique, il est loin d’être venu à bout de la pauvreté.

Pour preuve, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), lors de son enquête harmonisée sur les conditions de vie des ménages (EHCVM), a révélé hier que le nombre de pauvres a augmenté entre 2011 et 2018 au Sénégal, passant de 5,8 millions à plus 6 millions.

Alors que le taux de pauvreté monétaire a enregistré une baisse de cinq points sur la même période.

C’est ce qui ressort de l’enquête harmonisée sur les conditions de vie des ménages publiée par l’Ansd hier. En effet, le taux de pauvreté monétaire est estimé à 37,8% entre 2018 et 2019, soit une baisse du niveau de pauvreté de cinq points par rapport à 2011 (42,8%). Malgré cette baisse du taux de pauvreté, le nombre de pauvres a augmenté au Sénégal (5 832 008 en 2011 contre 6 032 379 en 2018), a indiqué la structure dans les résultats d’une enquête rendus publics le même jour. Pour autant, l’enquête a, dans le même temps, révélé que la pauvreté était, sur la même période, davantage accentuée en milieu rural où il ressort une baisse plus importante du niveau de pauvreté par rapport à 2011. A cela s’ajoute  le taux d’extrême pauvreté qui, lui, passe 12,2% à 6,8% entre 2011 et 2018.

Sédhiou, la région la plus pauvre

A en croire l’enquête de l’Ansd, la région de Sédhiou (Sud) est en tête des régions les plus pauvres du Sénégal, avec un taux de pauvreté de 65,7 %.  « En ce qui concerne le niveau de pauvreté par région, il ressort de l’analyse que les régions de Sédhiou (65,7%), Kédougou (61,9%), Tambacounda (61,9%), Kolda (56,6%), Kaffrine (53,0%) et Ziguinchor (51,1%) sont les plus touchées » ; apprend-on de l’Ansd. Toutefois, l’étude menée entre 2018 et 2019 fait également ressortir des disparités en termes d’accès aux services associés au logement (électricité, internet, eau, assainissement, énergie de cuisson) suivant le milieu de résidence du ménage et la situation de pauvreté. Les populations de la zone rurale et les ménages à faible revenu ont un accès plus limité à ces services. Ainsi, les résultats de l’enquête rendus publics montrent que l’insécurité alimentaire reste toujours une réalité au Sénégal. Elle affecte plus le milieu rural, les pauvres et les régions de Kolda, Kédougou, Sédhiou, Tambacounda et Matam.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.