Construction d’un centre commercial : Les habitants de Mermoz Sacré Cœur en colère

0 64

Les membres de l’association de la défense des intérêts de Mermoz Sacré Cœur ont tenu  un sit-in au niveau dudit quartier pour dénoncer la construction sur leur terrain de sport d’un centre commercial.

L’association pour la défense des intérêts de Mermoz -Sacré Cœur est très remontée contre l’édile de la localité. Ces habitants ont tenu un sit-in pour dénoncer la construction sur leur terrain de sport d’un centre commercial. Selon Pape Samba Dieye, il s’agit de détournement d’objectif. « Nous sommes là aujourd’hui pour dénoncer ces détournements sans fin de la part de notre maire. Ce terrain a été attribué en 2003 par la commune de Mermoz- Sacré Cœur pour une aire de jeu à but non lucratif, mais le maire accorde ces espaces  pour du business, à l’insu du conseil municipal et de la population », tonne-t-il. A l’en croire, les articles 155/83 du code des collectivités territoriales demandent au maire de consulter la population avant d’investir dans les cités. « En 2006, le maire qui était là, avait demandé à la SICAP de lui autoriser d’ériger des centres commerciaux sur ce terrain, l’association phase 4 de Sacré Cœur 3 avait demandé à l’Etat d’arbitrer. L’IGE avait produit le rapport numéro 33 de 2008 qui avait donné raison à l’association. Nous nous  basons sur cet acte pour demander au Ministre des collectivités territoriales, qui est l’autorité du maire, de le sommer d’arrêter ces travaux. Nous demandons aussi au directeur général de la SICAP de l’interpeller pour lui demander où il a eu l’autorisation d’ériger ces centres commerciaux », renchérit-il.

«Le terrain est en étude judiciaire depuis l’an 2016 avec la mairie. Nous avons eu des avancées, parce qu’au début, il n’y avait pas de tableaux, d’indications et autres. Aujourd’hui, ils en ont mis. Nous  allons continuer ce combat jusqu’au bout. Et la prochaine fois,  nous allons passer aux actes», déclare-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.