Lutte contre la Covid-19, Vaccination : Macky change de stratégie de communication

0 138

Le Président Sall s’est rendu dans les Centres de traitement des épidémies (Cte) hier pour une visite aux malades et se rendre compte, de visu, des conditions d’hospitalisation et de traitement des malades. A cette occasion, il a émis quelques propos à l’endroit des sénégalais leur demandant notamment de respecter les mesures barrières et d’aller se faire vacciner.

Nous avons surtout noté un changement de ton dans le discours présidentiel, en la matière.

S’il y a de cela quelques jours, précisément à mi-mai, le Président avait émis des propos que les journalistes sénégalais et du monde entier avaient relayé en parlant de ‘’menace’’, cette fois-ci, le ton a manifestement changé et l’approche différente.

Un article du ‘’Figaro’’ disait par exemple que ‘’Le président sénégalais Macky Sall a menacé de fermer les frontières et de restreindre les déplacements internes face à la multiplication des cas de Covid-19 dans le pays d’Afrique de l’Ouest’’ en ajoutant qu’’’Il s’est dit prêt à prendre «toutes les mesures nécessaires» si le nombre de cas continuait à augmenter, y compris la fermeture des frontières et la restriction des déplacements internes’’.

En clair, le ton était dur, presque de reproche. Un ton menaçant que nous avons jugé contre-productif en matière de communication. Et nous avions même soutenu que si le Président doit continuer à se prononcer ainsi sur la question, il valait mieux qu’il ne se prononce pas.

Heureusement, c’est tout un autre ton que nous avons entendu. Macky a complètement changé sa stratégie de communication.

Non seulement, il s’est déplacé pour aller dans les centres, ce qui sera bénéfique aussi bien pour le personnel de soins, débordé, que pour les maladies, paniqués, mais, il a surtout privilégié la sensibilisation, la conscientisation, ce qui, en gros, signifie responsabilisation des sénégalais.

Car, si la menace a l’inconvénient de pousser nombre de nos compatriotes à se braquer et à résister non pas au  virus mais aux injonctions, la conscientisation a le mérite de les mettre devant leur responsabilité, d’en faire des adultes dont on attend sa contribution pour la réussite de l’objectif.

Ainsi, le Président a versé dans des explications simples en ces termes : « Cette nouvelle vague est arrivée avec le variant Delta. Celui-ci a une rapidité de contagion extraordinaire. Si on ne se protège pas, nous risquons d’être submergés. Donc, il faut faire ce que les médecins nous conseillent. Réduire les rassemblements, se masquer et se laver les mains » et que « Cette nouvelle vague est arrivée avec le variant Delta. Celui-ci a une rapidité de contagion extraordinaire. Si on ne se protège pas, nous risquons d’être submergés. Donc, il faut faire ce que les médecins nous conseillent. Réduire les rassemblements, se masquer et se laver les mains ».

En gros, il a conclu que « si les gens ne vont pas se vacciner, tous nos efforts seront vains ».

Voilà une communication qui sied à une situation difficile et qui requiert les efforts de tous. Un discours qui sera beaucoup plus accepté par nos compatriotes. Mais, cela ne suffira sans doute pas.

Car, parallèlement, il faudra augmenter le nombre de vaccins et aller les chercher partout où ils se trouvent sans considération aucune des dimensions géopolitiques.

Aujourd’hui, les centres sont débordés et nous attendons du Chef de l’Etat d’autres mesures réactives fortes pour la prise en charge des malades.

Bien sûr, il ne faudrait pas occulter le retour aux exigences du respect des mesures barrières et l’interdiction de toutes sortes de rassemblements.

A ce propos, l’arrêté sur le port du masque est la bienvenue ainsi que l’annulation des combats de lutte et d’autres manifestations de ce genre.

Il reste cependant à davantage impliquer les forces vives du pays notamment les chefs religieux, les artistes, les sportifs ainsi que les communicateurs traditionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.