Vaccin obligatoire, pass sanitaire… Les questions auxquelles Macron va répondre ce lundi soir

0 91

Face à la progression du variant dans l’Hexagone, Emmanuel Macron doit annoncer ce lundi soir de nouvelles mesures pour lutter contre l’épidémie. Et peut-être donner quelques perspectives pour la fin de son mandat.

C’est à nouveau l’heure des choix pour Emmanuel Macron. Confronté une fois de plus à une dégradation de la situation sanitaire, en raison de la diffusion du plus contagieux variant Delta, le président de la République réunit ce lundi à 10h un nouveau Conseil de défense sanitaire, avant de s’adresser aux Français à 20h.

Certains des ministres conviés ce matin ne savaient pas, dimanche soir, ce que le président de la République avait prévu d’annoncer, selon les informations de BFMTV. Mais le chef de l’État est attendu sur plusieurs questions.

• Faut-il mettre en place la vaccination obligatoire pour les soignants?

Depuis le début de la campagne vaccinale, Emmanuel Macron s’est toujours opposé à rendre la vaccination obligatoire. Mais aujourd’hui, la réalité de l’épidémie le rattrape et le président de la République pourrait se laisser convaincre et rendre la vaccination obligatoire pour les soignants. D’autant que sur ce sujet, il y a une forme de consensus politique, à l’exception du RN et de La France insoumise.

Mais faut-il aller plus loin? Inclure toutes les personnes en contact avec les publics vulnérables, comme les aides à domicile? Dans son dernier avis, rendu public vendredi, le Conseil scientifique envisager d’étrendre l’obligation « à d’autres catégories, comme les ‘aidants’, le personnel des services à la personne ou l’ensemble des professionnels (non sanitaires) exposés et exposants à un risque pour autrui ».

La perspective d’une obligation généralisée à l’ensemble de la population semble écartée pour l’heure. « Je ne suis pas favorable à la vaccination obligatoire pour tous les Français », a encore martelé le ministre de la Santé, Olivier Véran, ce dimanche sur Radio J. « Ce n’est même pas une question d’hostilité, je fais la politique pour pouvoir mettre en place des mesures que je sais appliquer. (…) Aujourd’hui, ce n’est pas le cœurde notre réflexion très clairement. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.