Assassinat du président haïtien : 17 ex-militaires colombiens soupçonnés

0 107

Au moins dix-sept anciens militaires colombiens sont soupçonnés d’être impliqués dans l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse mercredi, ont annoncé, vendredi, les hauts commandements colombiens de la police et de l’armée. « Deux [?] qui ont péri dans l’opération de la police [haïtienne] et 15 Colombiens, dont nous sommes en train de vérifier l?activité [?] auraient appartenu à l’armée nationale » et se sont désengagés entre 2018 et 2020, a déclaré le général Jorge Luis Vargas, le chef de la police colombienne, lors d’une conférence de presse à Bogota.

Le président haïtien a été tué dans la nuit de mardi à mercredi par un commando de 28 individus : 26 Colombiens et deux Américains d’origine haïtienne, selon Port-au-Prince. La police d’Haïti affirme que trois Colombiens sont morts pendant son opération. Au total, dix-sept personnes ont été arrêtées, quinze Colombiens et deux Américains. Les autorités colombiennes n’ont pas divulgué d’informations sur le nombre d’années passées par les suspects dans l’armée ni les raisons pour lesquelles ils l’ont quittée.

Haïti demande à Washington l’envoi de troupes

Craignant que des infrastructures vitales comme les ports, les aéroports, les terminaux pétroliers ou le transport des produits pétroliers ne soient visées pour créer la confusion, le gouvernement haïtien a par ailleurs demandé à Washington et aux Nations unies d’envoyer des troupes pour les sécuriser.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.