Violence en Milieu Scolaire : La Cosydep parle de crise sociétale profonde

0 76

La coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique s’insurge contre les violences constatées dans les établissements scolaires à l’occasion de leur  conseil d’administration ordinaire. La Cosydep s’est également prononcé sur le recrutement de 5000 enseignants, la panne du dialogue social, le dénouement de l’année scolaire, la problématique de l’éducation des valeurs entre autres.

Les  violences constatées dans les établissements scolaires ont été un sujet abordé lors du  conseil d’administration ordinaire de la Cosydep. Selon le secrétaire exécutif de ladite coalition, Cheikh Mbow, ces violences subies par les enseignants dans les écoles sont à regretter. « Nous condamnons vigoureusement ces situations qui brutalisent et humilient les enseignants. L’Etat doit prendre des mesures contre toute forme de violence dans l’espace scolaire et universitaire », tonne-t-il. Il fait remarquer que cette violence est l’expression d’une crise sociétale profonde, c’est à dire une crise de l’autorité clairement établie. « L’autorité religieuse, politique, coutumière, associative est défiée. Le parent face à son, enfant n’y échappe pas non plus », ajoute-t-il. A l’en croire, l’école est concurrencée par d’autres instances non contrôlées. Il s’agit pour lui, de la rue, des médias, des réseaux sociaux qui sont des écoles ouvertes. « Ce qui advient aux enseignants est en réalité la conséquence de cette crise d’autorité qu’il faut adresser. IL faut interroger les méthodes d’éducation pratiques à travers l’école mais aussi à travers les médias pour y enlever tout ce qui est favorable à la promotion de la violence », estime-t-il.

Le conseil d’administration de la Cosydep s’est prononcé sur le recrutement de 5000 enseignants. Sur ce, il est d’avis que la pertinence ne doit pas éclipser la nécessité de disposer d’enseignants de qualité remplissant toutes les conditions requises sur le plan de la compétence. En ce qui concerne la problématique de l’éducation aux valeurs, la Cosydep indique que cette question domine le débat à travers les LGBT et la problématique de l’éducation sexuelle ou la sexualité. « Nous estimons que les communautés sénégalaises ont déjà leurs approches et leurs réponses tirées de leurs traditions, leurs croyances et de leurs religions. La position est claire, il faut veiller sur la souveraineté du Sénégal en matière d’éducation avec un système qui écoute plus et mieux le citoyen sénégalais qui en est le bénéficiaire et qui doit en être le commanditaire. Le Sénégal n’a pas besoin d’autres réponses venant d’ailleurs », soutient la Cosydep.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.