Non aux pyromanes de la république

0 190

Notre pays, qu’on le veuille ou non, a reçu un héritage de la part de ceux qui l’ont gouverné ou se sont opposés aux tenants du pouvoir.

De la décence, de la mesure, d’une élégance de ton, d’analyse mais aussi d’une humilité culturelle et politique qui faisaient très souvent frémir !

Notre mission, en tout cas, une de nos missions radiophoniques consiste à préserver cet héritage qu’on nous envie tant par-delà nos frontières.

Notre pays, il est vrai, se morfond aujourd’hui dans les profondeurs du classement  mondial de l’indice humain, malgré des efforts louables.

Cependant le désir obsessionnel, mortifère et pathétique de s’agripper au pouvoir ou d’y être associé ou même de le prendre, ne donne pas le droit à aucun sénégalais d’étaler une morale et une conduite haineuse et ruineuse surtout pour la vitalité future des jeunes.

Nous sommes aujourd’hui avec l’irruption de la mondialisation des médias et de l’information sur une pente raide.

Et nous ne devons, pour aucune raison, accepter d’être amarré aux basques du diable et marcher aux pas de l’oie, à côté des pyromanes de notre république par des propos incendiaires dignes d’ethnocentristes nostalgiques d’un passé révolu.

Comme le dit le professeur Cheikh Anta Diop : « la vanité d’être Wolof, Toucouleur, Bambara, Diola doit faire place à la fierté d’être africain quand il est vrai que nos cloisons ethniques n’existent que par  notre ignorance» : nous avons cité le professeur Cheikh Anta Diop.

Engageons donc sur la pente de notre destin fédéral en étant seulement mu par le désir obsessionnel de guérir notre pays de la maladie du sous-développement mais en adoptant la sérénité, l’humilité, la droiture mais aussi la foi.

Ainsi ira la Sénégal qui devra gagner tous ces combats !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.