Zinedine Zidane : « Pourquoi j’ai quitté le Réal »

0 81

Dans une lettre ouverte publiée en Espagne, Zinedine Zidane explique son choix de quitter le Real Madrid à un an de la fin de son contrat.

C’est l’évènement du jour en Espagne. As a publié ce lundi matin une lettre ouverte de Zinedine Zidane. Un message adressé aux supporters du Real Madrid pour expliquer les raisons de son départ, annoncé officiellement la semaine passée, alors qu’il lui restait encore un an de contrat. Et c’est plutôt clair. «Je pars parce que je sens que le club ne me donne plus la confiance dont j’ai besoin, ne m’offre pas son soutien pour construire quelque chose à moyen-long terme», a-t-il lâché.

 S’il répète qu’il lui sera éternellement reconnaissant pour lui avoir ouvert, en 2001, les portes de la Casa Blanca, ZZ pointe clairement du doigt son ex-président Florentino Pérez. «J’aurais aimé que, ces derniers mois, ma relation avec le club et le président ait été un peu différente qu’avec un entraîneur lambda. Je ne demandais pas de privilèges, pas du tout, mais un peu plus de mémoire», a-t-il insisté, soulignant l’importance de l’humain dans son management et dans sa vision de la gestion d’un club de football et remerciant ses joueurs.

 Pérez et la presse dans le viseur

«Heureusement que j’avais des garçons merveilleux qui étaient à mort derrière moi. Quand les choses devenaient compliquées, ils me sauvaient avec de grandes victoires. Parce qu’ils croyaient en moi et savaient que je croyais en eux. Bien sûr, je ne suis pas le meilleur entraîneur du monde, mais je suis capable de donner la force et la confiance dont chacun a besoin dans son travail, joueur, membre du staff ou employé du club. Je sais parfaitement de quoi une équipe a besoin», a-t-il ajouté, taclant également la presse, qui a oublié de parler de football.

 «Il y a eu des centaines de conférences de presse et, malheureusement, nous avons très peu parlé de football et je sais que vous aussi vous aimez le football, que ce sport nous unit. Cependant, sans vouloir vous critiquer ou vous donner des leçons, j’aurais aimé que vos questions n’aient pas toujours été dirigées par la polémique, pour pouvoir parler plus souvent de ballon et avant tout des joueurs, qui sont et seront toujours les plus importants de ce jeu», a-t-il conclu. Les messages sont passés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.