Cheikh Oumar Anne: «Toutes les licences seront professionnalisées»

0 63

Le ministre de l’Enseignement supérieur qui participait à l’atelier training du Meds a révélé qu’il a donné des instructions aux Recteurs des universités sénégalaises en vue de la professionnalisation de toutes les filières en licence.

 Bonne nouvelle pour les étudiants. Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a dégagé les grands axes devant mener à une orientation des formations en Licence pour aider les futurs diplômés à s’insérer dans le milieu professionnel. Dans son discours, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Cheikh Oumar Anne, a souligné que la collaboration avec le secteur privé a permis de cerner les besoins de l’entreprise et d’adapter les programmes dispensés dans l’enseignement supérieur pour une meilleure employabilité des jeunes. Hanne a ainsi déclaré avoir donné des instructions aux recteurs des universités sénégalaises en vue de la professionnalisation de toutes les filières en licence. «Nous avons instruit tous les recteurs d’aller vers la professionnalisation de toutes les filières en licence, soit en créant des licences purement professionnelles ou en mettant en place dans chaque Université, une plateforme d’accompagnement de tous les diplômés pour leur apporter les formations nécessaires pour qu’ils puissent, dès leur sortie, aller à la recherche de l’emploi avec tous les atouts », a-t-il relevé. Cheikh Oumar Anne a rappelé le projet du gouvernement de création de 14 instituts supérieurs d’enseignement professionnel (ISEP) à travers le pays pour former, sur une durée de deux ans, 2.500 diplômés à partir du baccalauréat.

Il a dit avoir constaté qu’avec la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat), les diplômés sortant des universités sénégalaises ‘’n’étaient pas en mesure de trouver facilement un emploi, parce qu’il y avait une inadéquation entre la formation et l’offre d’emplois’’. Il a précisé que l’implantation de ces ISEP va tenir compte des potentialités existant dans les différentes localités, en mettant notamment en place des plateformes de formation de jeunes entrepreneurs. Le but est de faire en sorte que, dès leur sortie, ces jeunes diplômés puissent soit promouvoir leurs propres entreprises, soit travailler dans des entreprises déjà existantes. « Si nous terminons, c’est 35.000 jeunes diplômés de niveau bac plus deux qui seront sur le marché de l’emploi avec une profession », a-t-il souligné.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.