Litiges à Dakar : Rufisque, la bombe foncière

0 106

Le département de Rufisque a enregistré ce weekend un nombre impressionnant de manifestations liées à de nombreux conflits fonciers. Yène, Jaxaay, Parcelles Keur Massar, Tivaouane Peul, tous ont été des foyers de tension entre habitants et Promoteurs. Avec à la clé des protagonistes différents. Un cocktail explosif à tout moment.

 

Yène : un collectif et le Maire Vs au Pôle et à la famille Fall…

Dans la commune de Yène, c’est un Collectif qui se dit chargé de «  la  Défense des intérêts des populations de Yène qui a fait face à la presse vendredi dernier pour d’abord « s’attaquer à la famille, détentrice d’un titre de l’Etat  de 10Ha qui veut venir déloger et détruire des maisons à Yène » ; ce qui naturellement ce collectif n’est pas prêt à entendre d’une bonne oreille. Et selon Mbaye Ndiaye, coordonnateur de ce Collectif, «  cette famille Fall  qui se dit détenteur d’un Titre Foncier 14452, englobe des villages de Yène, Niagal et Kael, d’une assiette de 10Ha, risque de faire de disparaitre une centaine de maisons et d’édifices publiques, ce qui est inacceptable ! ».  Et pis, enchaine Mbaye Ndiaye, « l’Etat doit faire plus d’attention en titrant ou en attribuant des titres à des tiers ; comment peut-on titrer tout un village habité sans en informer la mairie ou les populations ; le Président Macky Sall devait savoir en attribuant ce titre qu’il était déjà habité et que mémé le Pole de Daga Kholpa ne pouvait s’y installer sans conséquences ». Donc, fulmine Mbaye Ndiaye, « ce que notre collectif demande, ce n’est ni plus ni moins, que nos terres soient laissées et  que cette famille Fall sache que nous sommes prêts à laisser nos vies pour protéger nos biens ». Cette manifestation qui s’est tenue sur le terrain de football, a occasionné la présence de nombreux jeunes qui se disent prêts à défendre leur outil d’épanouissement.

…La Famille Fall rejette en bloc et brandit ses documents légitimes.

Contactée par la presse, la famille Fall représentée par Amadou Lindor Fall n’a pas manqué à réagir et à rejeter tout en bloc « ces accusations fallacieuses ». Pour Lindor Fall, ce Collectif est « dans la manipulation et la désinformation, et aidé en cela par des autorités de Yéne ». Poursuivant et montrant les documents les attribuant ces terres, lindor Fall a tenu à  remonter l’histoire ; en effet selon lui, « ces terres que l’Etat les a donné, est une compensation de nos terres de Noflaye, titre foncier (Commune de Bambylor) que nos parents avaient acquises et exploitées depuis 1952 ; c’est par la  suite que l’Etat, pour raisons d’utilité publique, avait pris nos terres de Noflaye avant de nous donner ces terres de Yéne  en guise de réparation et d’échange ». C’est par la suite, continue toujours le représentant de la famille Fall que « l’Etat nous a octroyé sur une assiette foncière de 2000 ha du titre foncier 11343/R globale, 10Ha titré sur le numéro 14452/R, et depuis 2018 nous payons régulièrement nos redevances à l’Etat du Sénégal et nous avons tous nos actes administratifs ». Interpellé sur l’accusation de vouloir faire déloger des populations  et/ ou détruire leurs maisons, Amadou Lindor Fall s’est dit totalement s’inscrire en faux contre ces accusations et parle « encore une fois de manipulations, car la zone intéressée par notre TF est très éloigné de ce que ce collectif raconte et il n’a jamais été dans notre intention de déloger ou de démolir quoi que ca soit ». Et mieux  renchérit-il, « dans notre zone seules trois maisons s’y trouvaient : un daara, la maison du Maire et celle d’un Député ; et nous avions d’ailleurs dit au maitre coranique de na pas s’inquiéter et de rester tranquillement ans les lieux ». Cependant le représentant de la famille Fall a  annoncé que « ce dossier étant actuellement entre les mains de la justice, il faut laisser la justice faire son travail mais nous sommes pour la paix » ; mais si, a-t-il conclu que  et parallèlement à cela, « une plainte sera adressée à Malick Ndiaye pour menaces de mort ».

Commune de Jaxaay-Parcelles Assainies-Keur Massar :

Un Collectif, un promoteur et la SN-HLM en conflit

Dans la jeune commune de Jaxaay, plus précisément dans les Parcelles Assainies, c’est à un pugilat à trois que nous risquons d’assister. D’abord des propriétaires d’habitat qui avaient contracté des conventions avec la SN-HLM, organisé en collectif ont eu à faire face la presse ce weekend aussi pour s’attaquer à un promoteur du nom  de Demba Anta Dia. Selon ce groupe d’habitants dénommé, « Collectif des Résidents des Parcelles Assainies de Keur Massar Rufisque1 », depuis Décembre 2020 , « un groupe de personnes dirigés par un certain Demba Dia et avec la complicité d’une certaine administration publique a fait irruption dans les dites Unités pour recenser et vendre à tout venant des terrains vides attribués à des tiers par la SNHLM ».Et  selon ces pratiques qui se font au vu et au su des Autorités locales ne peuvent plus prospérer et à ce titre ce collectif demande aux usurpateurs de quitter les lieux qu’ils squattent faute de quoi, un bain de sang se profile à l’horizon ».

Monsieur Demba  Anta Dia, le Promoteur cité dans cette affaire, s’est dit « très serein et comprends plutôt les habitants de ce collectif » ; qui selon lui, « est victime des manœuvres de la SNHLM qui est entrain d’occuper des terrains qui appartiennent à la famille Mbengue de Rufisque. Tout le monde se souvient de l’affaire des 94 Milliards de FCFA  de Mamour Diallo, il s’agit de ces terrains et la Justice vient d’ailleurs de donner raison à la famille ».

Et pour cela Demba Anta Dia a démontré à la presse tous ces actes administratifs et la décision de Justice qui lui ont attribue 125 Ha ; et concernant les espaces occupés par ses hommes, « c’est une décision de justice qui les a demandé, en attendant de recouvrer l’entièreté des terres, d’occuper tout espace libre et non occupé ». Cependant Demba Anta Dia a tenu à calmer les populations en leur faisant « comprendre que, loin de lui toute idée de destruction, au contraire, c’est nous qui sommes victimes de destruction ». Avant de lâcher que « c’est la SNHLM qui est responsable de toute cette situation dans les Parcelles –Keur Massar »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.