L’appel du pied d’Assome Diatta au secteur privé

0 157

La ministre du Commerce et des PME, présidant samedi dernier la 21e session de l’Assemblée générale du Meds,  tend la main au secteur privé pour le projet de modernisation de 81 marchés pour un coût de 69,5 milliards FCFA sur toute l’étendue du territoire national.  Aminata Assome Diatta a aussi réclamé la participation du Patronat à la réalisation de plus 100 entrepôts modernes évalués à plus de 200 milliards Fcfa.

Le gouvernement a mis en place un fonds de 69 milliards de francs Cfa destiné à la modernisation des marchés et sur une durée de 5 ans. Ce programme lancé sur toute l’étendue du territoire national concerne 81 sites. Aminata Assome Diatta qui s’exprimait lors de la 21e Session de l’Assemblée générale du Meds sur le thème  «Partenariat Public-Privé-PPP», a déclaré que la  mise en œuvre de cet important projet pourrait être accélérée grâce au partenariat public-privé. « D’autres projets d’investissements stratégiques notamment, le projet de connectivité des marchés et mise en relation d’affaires, sont en train d’être mis en œuvre par mon Département, pour une meilleure commercialisation des produits locaux, dans le cadre de la politique de promotion du consommer local », a révélé Mme Assome Diatta. Qui annonce par ailleurs l’organisation du « Mois du Consommer local » cette année, si la situation sanitaire évolue favorablement. Quid de la réalisation du projet des entrepôts modernes. La ministre soutient que la Direction Générale de l’Organe de Régulation en a évalué un besoin de plus 100 entrepôts qui se chiffrent à plus de 200 milliards. Ainsi, elle tient à disposition du MEDS et du secteur privé pour nouer des partenariats gagnant-gagnants en ce sens. « Ce système fait appel nécessairement à investir dans des entrepôts de stockage modernes et rentables par le secteur privé à travers divers partenariats que mon département pourra accompagner », a-t-elle soutenu. Elle précise que l’opérationnalisation de l’Organe de Régulation du Système de Récépissé et d’Entrepôt (OR-SRE) du Sénégal va permettre de réduire les pertes post-récoltes, de maîtriser les stocks de marchandises, de créer de nouveaux métiers, donc de nouveaux emplois, et faciliter l’accès au financement des producteurs locaux par un outil innovant appelé Récépissé d’Entrepôt. L’objectif d’un tel système, dit-elle, est de faciliter l’accès au crédit pour les agriculteurs, juste après la récolte. « Ce qui leur permet de mieux commercialiser leurs productions, en prenant avantage, d’une part, des conditions de stockage améliorées qui réduisent les pertes post-récolte, d’autre part, des augmentations de prix pouvant intervenir au cours de la période de commercialisation. » Selon toujours la ministre du Commerce, l’investissement privé est au cœur de la croissance économique et de la création d’emplois. « C’est pourquoi, le PAP 2 A a prévu un renforcement de la contribution du secteur privé dans le financement des projets, programmes et des réformes engagés par l’Etat », explique-t-elle. ,A cet égard, « la mise en place d’un nouveau cadre juridique de Partenariat Public-Privé fait partie des principales réformes permettant d’améliorer l’environnement des affaires. » Assome Diatta indique que cette nouvelle loi sur les contrats de Partenariat Public-Privé a introduit de nouvelles dispositions spécifiques qui visent à renforcer et à faciliter l’implication du secteur privé national dans la mise en œuvre des projets d’investissements.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.