Amath Soumaré « Certains gouvernants sont complètement déconnectés de la réalité »

0 107

Président du CANE EXECUTIVE (Centre Africain de la Nouvelle Economie) par ailleurs Expert Consultant WB, Amath Soumaré a été, samedi dernier, l’invité du Grand Oral. Sur les ondes de la 97.5 Rewmi FM, ce membre du Meds est revenu sur plusieurs sujets d’actualité notamment la frustration des jeunes lors des dernières manifestations. Morceaux choisis.

Face aux journalistes Fatou Thiam Ngom et Assane Samb sur la 97.5 Rewmi FM, Amath Soumaré a donné sa lecture des manifestations qui ont été notées lors de l’arrestation de Sonko. Le président du centre africain de la nouvelle économie a indiqué : « ma lecture n’est pas nouvelle. En 2013, j’avais tiré une sonnette d’alarme par rapport à la jeunesse. Je vous avais dit que les jeunes d’aujourd’hui, les dirigeants ont intérêt à beaucoup faire attention. Non seulement par rapport à la masse mais par rapport à l’attitude et la maîtrise de l’information qu’ils ont. Parce qu’avant ce sont ceux qui dirigent qui donnent l’information. Et dans le contexte actuel, ceux qui dirigent sont derrière la classe ». Il poursuit : « parce que les jeunes sont 100.000 fois plus informés en temps réel de ce qui se passe partout. Parce qu’on est dans les affaires on a des œillères. On ne voit pas la réalité. On est submergé. Les jeunes aujourd’hui tout ce que vous faites, ils sont au courant parce qu’ils ont la capacité de s’informer. Et ce qui fait que quand on maîtrise l’information, on maîtrise le pouvoir. Aujourd’hui, la maîtrise de cette information va vers les jeunes parce qu’ils ont la capacité de chercher l’information et d’être informés. C’est ça que j’avais attiré l’attention de faire beaucoup attention aux jeunes ».

Toujours lors de l’émission, il a soutenu qu’il faut comprendre l’environnement dans lequel nous évoluons aujourd’hui. Mais aussi, il faut comprendre la mentalité des jeunes, leurs préoccupations pour pouvoir les maîtriser. « Mais aujourd’hui la plupart de ceux qui gouvernent sont complètement déconnectés de la réalité. Ils ne connaissent pas les Tic, ils ne connaissent pas les réseaux. Parfois c’est des gens qui n’ont même pas d’émail. Ils vivent une autre époque de faire de la politique qui n’est pas l’époque actuelle. C’est ça qui fait qu’il y’a un gap et ce gap-là fait aujourd’hui qu’on a un conflit de génération. Et ce conflit de génération, les jeunes se disent on est majoritaire, on ne comprend pas. Parce que les politiques qu’on nous donne on ne se voit pas dans ces politiques. C’est ça qui fait que ces frustrations et quand vous avez beaucoup de frustrations qui comme dans une marmite commencent à bouillir un moment ou l’autre ça va finir par exploser ». Revenant sur ce qui s’est passé, il a dit que ce n’est pas un problème de mœurs mais l’accumulation de beaucoup de frustrations. « Je pense que les manifestations sont un avertissement pour les politiques pour qu’ils puissent comprendre maintenant, enlever leurs œillères et regarder la réalité en face. S’ils ne le font pas ce serait vraiment malheureux. Parce qu’on ne peut pas gouverner 70% de personnes et avoir des directions dont elles ne se voient pas. Et surtout des gens informés. L’information c’est dangereux. C’est une bombe », a-t-il aussi dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.