Consommation de Drogue Chez le 3e Age: « Une épidémie silencieuse »

0 113

La drogue et les décès liés à sa consommation chez les personnes âgées à travers le monde sont en augmentation.  C’est ce que signale le nouveau rapport de l’Organisation internationale de contrôles des stupéfiants, qui évoque une « épidémie cachée ».

Les ados n’ont pas l’exclusivité de l’usage de drogues. Les substances illicites ne séduisent plus seulement les jeunes. L’usage de stupéfiants est de plus en plus répandu chez les sexa…, septua… ou nonagénaires. Selon le nouveau rapport de l’Organisation internationale de contrôles des stupéfiants parcouru par Rewmi Quotidien, les personnes âgées de 65 ans et plus ne sont pas seulement foudroyées par la Covid mais ils affichent une  forte croissance en matière de consommation de drogue. « La consommation de drogues et les décès liés à la drogue chez les personnes âgées sont en augmentation, tout comme le nombre de personnes âgées en traitement pour des problèmes de consommation de drogues »,  précise l’organe d’experts indépendants. Le vieillissement de la population mondiale s’accompagne d’une augmentation de la consommation de drogues chez les personnes de plus de 65 ans, signale l’Oics. Le rapport fait état d’une augmentation de la consommation d’analgésiques, de tranquillisants et de sédatifs parmi cette population. Les personnes âgées ayant des problèmes de toxicomanie sont également confrontées à des problèmes particuliers liés à l’âge, notamment l’isolement ou les difficultés physiques.

Aux États-Unis, l’usage de la plupart des drogues dans la tranche d’âge supérieure à 65 ans a ainsi triplé au cours des dix dernières années. En Inde et au Nigéria, les 45-64 ans consomment en excès des médicaments opioïdes et sirops contre la toux, tandis qu’au Japon les médicaments contre les troubles du sommeil et l’anxiété sont « prescrits de manière disproportionnée aux personnes âgées ».

Dans le cas des usagers vieillissants, l’OICS met en avant un « problème croissant » de « polymédication », correspondant à la prise d’au moins cinq médicaments (délivrés sur ordonnance ou en vente libre) ou de drogues illicites par jour. Cette pratique peut entraîner des problèmes respiratoires, troubles dégénératifs, maladies du foie, du diabète et problème chronique de santé mentale, détaille le document, qui cite aussi le risque de mort par surdose. Autres conséquences: de possibles chutes, accidents de la route et une difficulté à effectuer les tâches de la vie quotidienne, ainsi que l’isolement et la dépression sur fond de « stigmatisation » et de « honte ».

Pour inverser cette « tendance alarmante », l’Oics recommande aux gouvernements d’intensifier les recherches sur la consommation de drogues chez les personnes âgées, qui sont largement négligées dans les enquêtes sur la consommation de drogues, ainsi que d’améliorer l’accès aux services de santé et de traitement qui leur sont destinés.  Dans son rapport, l’OICS évoque par ailleurs les conséquences de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale, alors même que les diverses restrictions « ont déstabilisé la chaîne d’approvisionnement mondiale en médicaments ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.