SIT-IN A LA PLACE DE LA NATION : Les artistes veulent travailler par tous les moyens !

0 11

Suite à l’arrêté du ministre de l’intérieur interdisant les prestations dans les salles de spectacles et débits de boisson, les artistes se sont réunis, hier, à travers un sit-in à la Place de la nation,  avec comme slogan « Nous voulons travailler par tous les moyens ». Ce, afin de se faire entendre et réclamer ce qui leur revient de droit. A cette occasion, certains d’entre eux se sont exprimés, réactions !

Les choses se compliquent pour le secteur artistique et culturel ! C’est dans une ambiance assez particulière, sous un soleil de plomb que les artistes se sont  réunis hier à la place de la nation. La raison ? L’interdiction de jouer dans les salles de spectacles. Une marée de monde et des pancartes avec des slogans font office de décors, sur ces dernières ont peut lire : sauvons la culture je m’engage, nous voulons travailler par tous les moyens, pensez à nos familles, nos enfants aussi vont à l’école, où est le protecteur des arts et des lettres, entre autres. « Nous réclamons une ouverture immédiate de tous les salles de spectacles et lieux de diffusion, une reprise immédiate des activités culturelles, travailler et être indemniser », tel est le mot d’ordre des artistes et acteurs culturels dans leur déclaration. Et d’ajouter, qu’ils veulent une mise en œuvre immédiate du plan de relance, que le statut de l’artiste et des travailleurs culturels soit effectif, une mise en œuvre immédiate de la copie privée, une mise en place d’un fond de garantie pour la culture. « Nous voulons une mise en place d’un fond d’appui à la culture, à la danse entre autres, une indemnisation des artistes culturels et des auxiliaire de la culture, une annulation des dettes fiscales des artistes et organisateurs de spectacles, le respect du paiement des redevances des droits d’auteurs, des droits voisins par les radiodiffuseurs » exigent-ils. Pour eux, y a eu trop de bruit et ils veulent une mise en place immédiate de la commission permanente de control des sociétés de gestions collectives dont la sodav.Et de poursuivre qu’ils ont tous droit au travail, l’évènementiel est essentiel, les acteurs culturels en sont le moteur, « Nos enfants vont aussi à l’ecole.Nous voulons un recasement des artistes expulsés, où le protecteur des arts et des artistes. Sauvez les entreprises culturels et les organisateurs de spectacles de la faillite » demandent ces artistes. Et de conclure : «ouvrir où mourir, un Sénégal de tous et pour tous ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.