COUPLAGE DES ELECTIONS, AUDIT DU FICHIER : Les menaces du Pds

0 3

Le Pds met en  garde contre toute idée de report et le couplage des prochaines élections législatives avec la présidentielle de 2024. Par ailleurs, le parti de Wade exige sa participation à l’audit du fichier électoral ans quoi, il ne reconnaîtrait aucun résultat qui y serait issu.

Le Parti démocratique sénégalais (PDS) réitère une place pleine et entière dans le processus d’audit du fichier électoral et de réforme des lois électorales, en dehors de toute coalition de partis. Sans quoi, il ne reconnaîtrait aucun résultat qui y serait issu. « Jusque-là, nous avons eu une réponse politicienne du président Macky Sall qui a envoyé son responsable chargé des élections, Benoit Sambou, pour nous demander de se ranger derrière le pôle de l’opposition. Ce que nous rejetons catégoriquement », renseigne le Secrétaire général national adjoint Chargé des Elections au PDS.

 Pour rappel,  le Pds avait écrit au ministre de l’Intérieur pour participer à cet audit du fichier. « Étant le 1er parti d’opposition avec un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, nous estimons avoir le droit légitime de participer à cet audit. Nous tenons le président Macky Sall pour responsable de ce qui découle de sa politique de l’Autriche consistant à fuir ses responsabilités pour se réfugier derrière des consensus de l’opposition et de la société civile », a martelé. Dr. Cheikh Dieng

Quid du couplage des élections ? Le Parti démocratique Sénégalais (Pds) plaide pour le respect du calendrier républicain. Par conséquent, il rejette toute idée de couplage des scrutins. Son Secrétaire, général adjoint, Dr Cheikh Dieng, qui était l’invité de l’émission ’’Toc Toc Sénégal’’, sur Itv, parle de recul démocratique. « Les Sénégalais se sont longtemps battus pour le découplage des élections législatives et présidentielle qui, historiquement, se passaient le même jour. Revenir en arrière sur cet acquis est un recul démocratique. Le Pds exige que le calendrier républicain soit respecté par le président Macky Sall, parce qu’il ne lui appartient pas. Le calendrier électoral appartient au peuple », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.