AUDIT DU FICHIER ELECTORAL : Graves révélations sur le Cabinet ERA




Le Pds fait de grosses révélations sur le cabinet sénégalais ERA chargé d’auditer le  fichier électoral.

Le cabinet ERA a été choisi par l’Usaid pour l’audit du fichier électoral.  9 experts, dont 5 évaluateurs et 4 auditeurs qui sont issus du Mali, du Bénin, de la Guinée Conakry, de la Belgique… ont été cooptés et devront commencer leur travail dans la deuxième quinzaine du mois de janvier.

À signaler qu’aucun Sénégalais n’a été choisi au motif qu’aucun compatriote n’a rempli les critères.

Que sait-on du cabinet ERA qui a gagné le marché de l’audit du fichier électoral ?

 Selon les informations du Pds, ERA Baker Tilly a été choisi sans en avoir l’expertise. En effet, ERA Baker Tilly a eu à travailler dans le passé sous la commande de Antoine Felix Diome, alors procureur spécial à la CREI lors du procès Karim Wade, révèle le député libéral Toussaint Manga.

Antoine Félix Diome actuel ministre de l’intérieur avait déjà fait appel aux services du Cabinet ERA Baker Tilly dirigé par Iba Joseph Basse, tout comme à ceux du cabinet ADD Value de Abdoulaye Sylla aux fins de fabriquer de fausses preuves contre Karim Wade, renseigne le député libéral.

Ce n’est pas tout. ERA est un cabinet d’expertise comptable qui a seulement six employés sénégalais de niveau cadre et dont la compétence se limite aux entreprises individuelles et aux groupes de société intervenant dans les secteurs économiques.

Pire, les soi-disant experts étrangers retenus pour l’audit du fichier électoral ne sont pas des employés d’ERA Baker Tilly mais de simples sous-traitants extérieurs. 

Pire, renseigne Manga,  ce cabinet tout comme les avocats de l’État ont été incapables de justifier aux sénégalais les milliards encaissés à l’époque au titre de la prétendue traque des biens mal acquis. 

Le parlementaire se demande comment un cabinet aussi « partisan » et « coloré politiquement » pour avoir participé à la mise en œuvre de complots politico-judiciaires contre des opposants peut-il gérer en toute impartialité l’audit du fichier sans aucune compétence avérée en matière électorale.

 Si le cabinet ERA n’a aucune compétence en matière d’audit du fichier électoral pourquoi l’État ne recrute-t-il pas directement un cabinet étranger qui dispose des compétences en interne et de l’expertise requise, s’interroge-t-il.

En réalité, enfonce-t-il, « ERA n’a aucune compétence ni expérience en matière électorale et va tout simplement agir comme un filtre pour que Antoine Felix Diome et le régime fassent certifier leurs manipulations du fichier électoral pour organiser la fraude et voler les échéances électorales à venir. »

Un grand complot se prépare

Le député libéral Toussaint Manga alerte ainsi sur le « grand complot » qui se prépare actuellement avec l’audit du fichier électoral. 

 « Le régime actuel faisant semblant de donner des gages de transparence dans l’audit du fichier électoral opère une fois de plus une supercherie de grande envergure pour tenter d’aveugler l’opposition, les observateurs étrangers et les amis du Sénégal », a révélé Manga par ailleurs secrétaire général adjoint du Pds.

Il renseigne qu’Antoine Felix Diome a été nommé ministre de l’intérieur « pour une énième mission politique commandée contre la démocratie, la transparence et la bonne gouvernance. »Il qualifie Diome de magistrat «Béni oui oui» « manipulable à souhait ».

Il rembobine : « Macky Sall en a fait son ministre de l’intérieur dans l’unique dessin d’exécuter son plan machiavélique de maintien au pouvoir après 2024. »

Il est catégorique : « Ce magistrat devenu ministre de l’intérieur a été désigné pour organiser un simulacre d’audit du fichier électoral avec soi-disant des experts étrangers qui en réalité sont des faire-valoir car ils ne sont que des sous-traitants. »

Il lance un appel solennel à toute l’opposition et à la société civile pour que le cabinet ERA soit récusé car étant à la solde de Antoine Félix Diome qui va « tenir les manettes et manipuler le fichier électoral à sa guise. »

« L’une des priorités de notre combat politique pour la restauration de la démocratie et de la transparence est d’œuvrer à dessaisir Antoine Felix Diome de toutes les questions électorales. »

Le député du Pad interpelle ainsi les démocrates, l’USAID, l’Union Africaine, l’Union Européenne, ainsi que tous les partenaires techniques et financiers soucieux des règles de bonne gouvernance et de transparence de poser un véto clair contre cette parodie d’audit du fichier électoral.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*