LEVEE DE FONDS : Khalifa Sall à la rescousse de Pastef




Taxawu Sénégal a réagi à la menace de dissolution du Parti Pastef/Les Patriote par le ministre de l’Intérieur suite à la levée de fonds lancée par Ousmane Sonko et Cie.

La polémique née de la campagne de levée de fonds organisée par le parti Pastef les Patriotes que dirige l’opposant Ousmane Sonko enfle. Un sujet qui a été agité après que le Parti d’Ousmane Sonko a mobilisé plus de 150 millions de francs CFA. Une campagne jugée illégale par le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Diome.

Qui évoque la loi du 6 mai 1981 pour rappeler que les partis politiques ne peuvent bénéficier d’autres ressources que celles provenant des cotisations dons et legs de leurs adhérents et sympathisants nationaux et des bénéfices réalisés à l’occasion de manifestations. Et, selon la même loi évoquée par le ministre de l’intérieur, tout parti politique qui reçoit des subsides de l’étranger ou d’étranger établis au Sénégal s’expose à la dissolution, conformément à l’article 4 alinéa 2 de la loi de 1981.

Taxawu Senegaal de Khalifa Sall sort de son mutisme et vole au secours d’Ousmane Sonko. En effet, Taxawu Sénégal dénonce avec vigueur le communiqué du ministre de l’Intérieur du 2 janvier 2021 sur la levée de fonds du parti politique PASTEEF les Patriotes. Elle rappelle que cette opération n’est pas constitutive d’une violation de  la loi n° 81-17 du 6 mai 1981 relative aux partis politiques.

Taxawu Senegaal met en garde le ministre de l’Intérieur contre toute tentative d’instrumentalisation de la loi pour servir de motivation à la dissolution d’un parti d’opposition.

Khalifa Sall demande des concertations sur le financement des partis politiques

Plutôt que de faire dire à la loi ce qu’elle ne dit, le ministre de l’Intérieur devrait veiller à l’application des dispositions de la Constitution relatives au financement des partis politiques, rappelle Taxawu Sénégal.

Qui ajoute : « au stade d’évolution de notre démocratie, il est impératif de doter notre pays d’un cadre légal et réglementaire portant sur le financement de la vie politique. »

 A cet effet, Taxawu Senegaal invite le Gouvernement à engager des concertations inclusives sur le financement des partis politiques et le financement des campagnes électorales en s’inspirant, le cas échéant en les actualisant, du rapport du Professeur El Hadji Mbodj et des propositions des conclusions des Assises nationales sur le financement de la vie politique. En tout état de cause, et face aux velléités répétées du pouvoir de museler l’opposition,  Taxawu Senegaal lance un appel à la vigilance et à la mobilisation pour la défense de la démocratie et des libertés publiques.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*