LEVÉE DE FONDS DU PASTEF : Me Assane Dioma Ndiaye tacle Félix Diome




Me Assane Dioma Ndiaye n’a pas manqué de réagir suite au communiqué du ministre de l’intérieur Antoine Félix Diome  sur le lancement dans les réseaux sociaux d’une campagne internationale de levée de fonds initiée par le parti Pastef d’Ousmane Sonko. Ce, en vue de financer ses activités.

Ousmane Sonko a encore fait parler de lui ! En effet,le Parti Pastef,  a mobilisé, dans une campagne de « levée de fonds internationale », plus de 150 millions de francs CFA. Une campagne qui d’après le ministre de l’intérieur est  illégale. Ce dernier, dans un communiqué, évoque la loi du 6 mai 1981 pour rappeler que les partis politiques ne peuvent bénéficier d’autres ressources que celles provenant des cotisations, dons et legs de leurs adhérents et sympathisants nationaux et des bénéfices réalisés à l’occasion de manifestations. Et d’ajouter que tout parti politique qui reçoit des subsides de l’étranger ou d’étranger établis au Sénégal s’expose à la dissolution, conformément à l’article 4 alinéa 2 de la loi de 1981. S’exprimant sur ce sujet, le président de la Ligue Sénégalaise des droits humains, Me Assane Dioma Ndiaye, ne s’est pas gêné pour recadrer Antoine Félix Diome. Pour lui, le texte invoqué par le ministre de l’intérieur ne fait aucune distinction entre les Sénégalais, qu’ils résident au Sénégal ou à l’étranger. « Restons dans le cadre de cotisations et dons provenant d’adhérents et sympathisants nationaux. Parce qu’à ce niveau, le texte ne fait pas de distinction de nationaux résidant au Sénégal ou à étranger. Tant qu’il s’agit de cela, il n’y a aucun souci », a déclaré Me Dioma Ndiaye. A l’en croire, l’interdiction vise les subsides provenant de l’étranger. Or, les subsides sont définis comme des aides et secours ou subventions. Ainsi, conclut-il, il ne pense pas que l’on soit dans cette hypothèse de l’espèce.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*