FAUX TESTS COVID-19: Des Nigérians et Ivoiriens arrêtées à l’AIBD




23 faux tests Covid ont été saisis sur des passagers nigérians et ivoiriens à l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD).

Le Chef de l’Etat, Macky Sall avait averti, lors du Forum du Numérique, que notre pays ne peut pas se permettre une deuxième vague de Covid-19, affirmant qu’elle serait particulièrement dévastatrice pour l’économie. Cette mise en garde intervient alors que les infections continuent d’augmenter au Sénégal après l’assouplissement des restrictions. Le Président Sall a également mis en garde contre un retour à l’enfermement – que le continent et particulièrement le Sénégal ne peut se permettre.

Face à la recrudescence des cas importés de Covid-19, les autorités avaient renforcé les mesures en imposant une amende, à toute compagnie aérienne ayant embarqué à son bord un passager en destination du Sénégal muni d’un faux test de Covid-19. Ce, pour éviter la multiplication des cas surtout importés.

Seulement des personnes malintentionnées font recours à ces faux tests pour se déplacer. A l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD), le système qui fonctionne à merveille, a permis de face à de tels agissements.

C’est ainsi que samedi dernier, 23 passagers ivoiriens et nigérians présentant de faux certificats de résultats de tests covid-19, ont été arrêtés par la police à l’aéroport international Blaise Diagne.

Ce, après qu’un contrôle sanitaire aux Frontières aériennes et un responsable de l’institut Pasteur ont procédé au contrôle des tests sur les comptoirs du vol Air Côte d’Ivoire.

Ce qui a permis avec le code QR mis en place par l’institut Pasteur de détecter 23 faux tests sur des passagers de nationalités nigériane et ivoirienne.

 Les forces de l’ordre informées sont venues pour débarquer les passagers concernés qui ont été mis à la disposition du commissariat spécial de la Police de l’aéroport.

Pour rappel, un trafic de faux certificats de tests négatifs sur des passagers à destination de Dakar et d’autres capitales africaines a été démantelé à l’aéroport de Roissy (France).

Ce trafic permettait aux voyageurs – essentiellement concernés par des liaisons vers l’Afrique – qui n’avaient pas eu le temps de faire un test avant leur vol ou, pire, qui étaient positifs au Covid-19 d’être en possession d’un document pour pouvoir prendre leur vol.

L’enquête a permis « la découverte (dans les téléphones portables des personnes interpellées, NDLR) de plus de 200 faux certificats négatifs, faits sur place et permettant d’embarquer sur des vols internationaux.

Les investigations, qui avaient débuté fin septembre après qu’un voyageur enregistré sur un vol pour l’Ethiopie a présenté un faux certificat de non-contamination au virus, ont finalement permis de remonter la piste et de mettre fin à ce trafic.

Les suspects établissaient de faux certificats en reprenant le nom d’un laboratoire existant, puis les transmettaient aux acheteurs en format papier ou numérique, selon une source aéroportuaire. Ils remettaient ces attestations contre une somme allant de 150 à 300 euros.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*