MALADIE MYSTERIEUSE : Diouf Sarr annonce plus de 1000 cas




Le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr a fait l’état lieu de la maladie dermatose annonçant que 1004 personnes ont été contaminées par la maladie mystérieuse qui se manifeste par des boutons sur le visage, sur les mains, sur le corps et les parties intimes. Il a rassuré soutenant que cette maladie dermatose n’est pas contagieuse et il n’y a aucun danger à manger les poissons.

Le ministre de la santé, lors de sa prise de parole, s’est prononcé sur la maladie dermatose que des pécheurs ont contractée en mer. D’emblée, Abdoulaye Diouf Sarr renseigne sur le nombre de personnes contaminées. « Nous sommes en train de traiter à Dakar 567 patients identifiés, 431 cas à Thiès. Un cas a été signalé à Kolda. Il s’agit d’un cas isolé dont l’origine est identifiée à Dakar. Il y a au total 1004 cas prise en charges et un seul a été hospitaliser. Tout les cas évoluent favorablement sans aucune complication. Les investigations sont aussi toujours en cours», renseigne le ministre de la santé. Il a par ailleurs ajouté aussi que la maladie n’est pas contagieuse et il n’y pas de risques pour la consommation de poisson… »

Cela a été confirmé par le ministre de l’environnement, Abdou Karim Sall, qui, d’après lui, aucune infection chimique où toxique n’a été constatée ni sur les poissons ni dans la mer. « Il reste de l’analyser au niveau des algues pour vérifier les maladies d’origine alguane. Il y a une équipe qui s’est rendue à 8 km du village de Ndayane pour faire des prélèvements sur des algues en vue de compléter les enquêtes qui sont déjà faites car le laboratoire qui a fait les premiers prélèvements avait indiqué qu’il n’avait pas d’expertise concernant les algues et qu’il fallait confier cela au centre anti-poison plus outillé en la matière. Donc le travail se poursuit», a révélé le ministre de l’environnement. Et d’ajouter : «nous n’épargnerons aucune piste même les carburants dans les bouteilles et les filets seront examinés afin de connaitre la source véritable de cette maladie».

Quid des poissons morts au marigot de Mbao ?

Le ministre de l’Environnement s’est également prononcé sur l’affaire des poissons retrouvés morts au  marigot de Mbao. « Nous avons bouclés les enquêtes. Et la première considération est que nous avons constaté des branchements clandestins, c’est-à-dire à dire des concessions venant vers le marigot. De prime abord, le constat est que le marigot est pollué. La deuxième considération est que nous avons enregistré une mortalité importante des mulets qui sont des pélagiques qui vivent généralement dans des eaux salées et saumâtres. Les spécialistes sont unanimes que ces espèces pélagiques ne vivent généralement pas dans le marigot. Ces pélagiques ont quitté la mer pour venir dans un milieu aussi hostile et pollué que le marigot de Mbao», explique-t-il.  Avant de préciser que les investigations se poursuivent. A l’en croire, le niveau de pollution est tel qu’il est quasiment impossible que ces espèces y survivent. « Dans les jours à venir, nous allons y voir plus clair. Mais retenez que par rapport aux visites que nous avons effectuées, le marigot est pollué et cela pourrait justifier autant de mortalité de ces mulets. »




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*