LA REPLIQUE DE MIMI A IDY : «Il est resté longtemps sans travailler»




Aminata Touré a répliqué sèchement à Idrissa Seck qui l’a égratigné lors de son installation. En réponse, Mimi raille son successeur, en ces termes : « il (Idy) est resté longtemps sans travailler.»

Depuis plus d’une semaine, les coups pleuvent. Aminata Touré a essuyé une salve d’attaques venant du camp du pouvoir sur sa gestion au Cese.

Le tout nouveau président de l’institution, Idrissa Seck en a remis une couche, hier. «Aucun document signé et paraphé par mon prédécesseur, attestant ce que j’ai trouvé au Cese à mon arrivée, notamment dans les comptes, ne m’a été remis», a révélé Idy, lors de sa cérémonie d’installation.

A bon chat bon rat ! La réplique n’a pas tardé du côté « Mimi ». Sur la Tfm, l’ex présidente du Cese accuse le tout son successeur d’avoir politisé leur passation de service ratée.  

«Je regrette que le nouveau président (ndlr, Idrissa Seck) ne soit pas venu à la passation. S’il avait des questions à clarifier, ç’aurait été l’occasion de le faire. Il n’est malheureusement pas venu. Je pense que le problème c’est qu’il est resté longtemps sans travailler et  les procédures ont beaucoup évolué. Les procédures, désormais, sont informatisées », ironise-t-elle.

L’ancienne Garde des Sceaux dénonce un manque de collaboration et le traitement réservé à son DRH et son DAF. « Le CESE est une institution étatique. On doit éviter de faire de la politique partout», conseille l’ancienne premier ministre à l’ancien premier ministre.

A signaler que Mimi Touré qui se dédouane de mal gestion, réclame l’audit du CESE par les organes habilités de l’État depuis sa création en 2013 jusqu’au jour de son départ. En ce qui concerne sa gestion, elle renseigne que les documents sont disponibles pour cet exercice. «Nul ne saurait, à cette étape de ma vie administrative et politique, ternir ma réputation et mon intégrité. Je me réserve le droit d’ester en justice contre toute tentative de diffamation ou d’intimidation», avait-elle déclaré.

Limogée, elle serait accusée d’avoir des ambitions. Elle ne s’en cache et déclare : « l’ambition n’est pas un délit à ce que je sache. Et comme je disais, en politique, on n’est pas assis à regarder les trains passer. »

Rappelons que l’ex-présidente du Conseil économique,  social et environnemental  (CESE) a quitté tous les groupes WhatsApp de l’Alliance pour la République (APR). Y compris le plus grand où interviennent ministres, directeurs généraux, entre autres grosses pointures de la République.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*