RETROUVAILLES AVEC MACKY : Idy s’explique encore




Critiqué- y compris au sein de son propre camp – et par l’opposition pour son entrée dans le nouveau gouvernement, Idrissa Seck répond et se justifie encore. Le président du Cese revient en détail sur ses retrouvailles avec Macky Sall.

Idrissa Seck s’est expliqué, après le tollé concernant ses retrouvailles avec le Chef de l’Etat, Macky Sall. Le tout nouveau président du Cese qui s’est rendu, ce week-end, chez Me Nafissatou Diop, à Sacré-Cœur, pour présenter ses condoléances, a levé un coin du voile sur les négociations qui ont conduit à sa nomination. Idrissa Seck était accompagné de quelques-uns de ses lieutenants dont Déthié Fall, le vice-président Rewmi.

Idy révèle que c’est autour des discussions sur le statut du chef de l’opposition que le chef de l’État, (Macky Sall), lui a proposé de joindre leurs forces, au regard des impacts de la pandémie de Covid-19 sur le continent.

« Macky et moi discutions autour du titre du chef de l’opposition. Au début,  il était programmé que je reste dans l’opposition et que je fasse office de chef de l’opposition. Mais, il m’a proposé, au regard de la pandémie de la Covid-19 qui a secoué  le monde et de tout ce qui se passe dans notre continent, de mettre en veilleuse ce débat autour de ce  titre de chef de l’opposition et d’aller dans le sens de travailler ensemble, de joindre nos forces pour développer le Sénégal. Nous avons des responsabilités vis à des populations de ce pays », se dédouane-t-il. Idrissa Seck dit assumer ainsi  les conséquences de son choix d’accompagner le président de la République.

Il exhorte ses détracteurs à  «comprendre le soubassement de cette entente dans leur quête réciproque de travailler pour le Sénégal et d’isoler les quelques divergences seconde priorité.»

 « Après plusieurs mois d’échanges dans le cadre du dialogue national comme au cours de plusieurs rencontres en tête à tête avec le président, après une analyse lucide et sereine du contexte international africain et sous régional et national, la nécessité nous est clairement apparue de répondre positivement à l’appel du président de la République pour une union de l’ensemble des forces vives de la nation pour mieux faire face aux défis du moment »,  avait-il déclaré.

Il a ajouté qu’il fallait mettre en veilleuse ce débat sur le statut de chef de l’opposition, au profit du Sénégal, compte tenu de la situation marquée par les effets négatifs de la crise sanitaire qui a démarré en Chine en décembre 2019 avant de se répandre dans le monde, entraînant une sévère crise économique. « C’est notre responsabilité », a-t-il poursuivi.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*