PROLONGEMENT DU MORATOIRE SUR LA DETTE : Macky Sall obtient gain de cause




Le G20 a prolongé de six mois, jusqu’au 30 juin 2021, le moratoire sur la dette des pays les plus pauvres durement affectés par la pandémie de Covid-19, une mesure jugée insuffisante par des ONG.

Le Président de la République du Sénégal, Macky Sall lors de l’université d’été du Mouvement des entreprises de France (Medef), avait dit que le G20 devrait prolonger son moratoire sur la dette du continent. Il  avait  également demandé aux membres de ce  groupe à continuer d’aider les nations africaines à équilibrer leurs obligations envers leurs créanciers avec leurs obligations envers leurs propres citoyens face à une pandémie mortelle.

Cette demande a été prise en compte par le G20 qui s’est réuni à l’occasion d’une réunion virtuelle sur le  cinquième dialogue de haut niveau des accords régionaux de financement. «Nous sommes convenus de prolonger l’Initiative de suspension du service de la dette de six mois», a déclaré le ministre saoudien des Finances Mohammed al-Jadaan au cours d’une conférence de presse. En effet, ce moratoire pourrait encore être prolongé jusqu’à fin 2021, lors d’une réunion au printemps prochain du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, selon une déclaration commune.

A cette occasion, le G20 a évoqué l’idée d’une restructuration de la dette des pays les plus pauvres. Ce qui constitue  un pas supplémentaire par rapport à la simple suspension du service de la dette. Sur ce, les membres G20 reconnaissent  que traiter la dette au-delà de la suspension du service de la dette peut être nécessaire au cas par cas.  Abordant   dans  le même  sens, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin  dans un communiqué a indiqué que dans un certain nombre de pays, les débiteurs et les créanciers devront travailler ensemble rapidement pour restructurer la dette, en particulier pour débloquer les financements indispensables du Fonds monétaire international.

Cette position  du chef d’Etat sénégalais a été soutenu  le  président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie soutient  que l’allégement de la dette est nécessaire pour aplatir la courbe. C’est ce qui donnera à l’Afrique le temps et l’espace pour commencer à se frayer un chemin vers la reprise, prendre les mesures nécessaires pour apporter de nouveaux investissements dans l’industrie pétrolière et gazière, pour construire le secteur de l’énergie durable en Afrique, pour élargir l’accès des entreprises et des particuliers à l’électricité, pour relancer les petites entreprises, pour promouvoir l’innovation et l’esprit d’entreprise, pour favoriser la création d’emplois et pour éliminer les formalités administratives et les obstacles réglementaires.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*