TOURNEE D’ETAT OU CAMPAGNE DEGUISEE? : Macky, l’eau, la Covid et l’appétit d’Etat




Sur trois fronts! Du courage, le chef de l’Etat n’en manque guère. Il connait son agenda et cherche les moyens de son effectivité.

Aymérou Gningue, président du groupe parlementaire Bby vient de rouvrir un débat que le Président Sall avait banni. Tous ceux qui s’y étaient frotté ont été sanctionné sans appel. Maintenant, venant de la voix d’un de ses plus proches collaborateurs et partageant le même fief politique, la position d’Aymérou Gningue a tout son intérêt. Toute sa provocation. Un os dans le jardin de l’opposition pour l’occuper, au moment où le chef de l’Etat fait une campagne masquée? En cette période où la question des inondations a relégué aux oubliettes la Covid, le Président Sall veut tourner la page de la pandémie. Que d’eaux! Que de promesses! Le Président Sall tâte et encore le pouls de ses concitoyens. Sinistrés ou pas, des milliards sont distribués. Pour dit-on, le bien-être des populations. Keur Massar véritable grenier électoral, a reçu son père Noel. Le Niombatou où l’Apr est totalement crispée surtout sur l’axe Sokone, Toubacouta, Karang. Ces différents responsables sont bannis des populations et dans une moindre mesure à Karang où le maire Diogine Gomis abat un travail appréciable malgré la rareté des ressources et les effets de la Covid. Tout de même, il faut reconnaitre au chef de l’Etat ses talents d’homme politique. La problématique de la Covid qui a complétement déstructuré toute une chaine économique, affaiblit des ménages et ruiné des Etats, le Président Sall tient encore et trouve des ressources inimaginables pour aller au front. Entre l’eau et la Covid, on penserait plutôt à contenir un malaise social profond découlant d’une angoisse nationale liée à la rareté des ressources. Mais le Président de la République feint de voir ou de subir ces questions d’urgence, pour plutôt se lancer à la reconquête d’un électorat gagné par la timidité et le découragement. Alors, pourquoi tout cela,? Si réellement, c’est son dernier mandat, il laissera à la postérité l’image d’un guide proche et soucieux de son peuple. Un dernier mandat marqué par la présence permanente aux côtés des populations et à la réponse aux questions socio-économiques. Inversement, l’appétit d’Etat est intarissable chez nos dirigeants africains. Le virus Ivoiro-guinéen crée un cas suspect chez nous. Une erreur politique grave à commettre si le Président Macky Sall occulte le degré de mobilisation que son peuple peut atteindre. Les plus proches capitales régionales ne lui sont favorables. Le Fouta affectif est encore loin, d’où une absence de soutien populaire effectif pour contrecarrer la mobilisation à venir. Tout de même, Macky Sall fut ministre de l’intérieur.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*