ESCARMOUCHES ENTRE SONKO ET BOUGANE…




L’opposition se trompe de combat et d’adversaire

Ces dernières heures, la vie politique au Sénégal a été marqué par des escarmouches par presse interposée, entre le leader de Pastef Les Patriotes Ousmane Sonko et Bougane Gueye Dany qui dirige le mouvement ‘’Geum sa bop’’.

Les attaques sont venues de Sonko qui, depuis la Casamance où il était en tournée, n’a pas manqué de s’en prendre au  ‘’politicien de circonstance qui croit qu’avec ses milliards, il pouvait s’engager à la présidentielle et la gagner n’a même pas pu avoir des parrainages’’ si l’on en croit Bougane lui-même dans sa page facebook.

Il a également ajouté que ‘’les acteurs de l’opposition ne s’opposent pas au régime de Macky. Ils ne sont pas des opposants au pouvoir, ce sont des opposants du pouvoir. Ils s’opposent aux opposants’’.

Une sortie qui n’a pas laissé de marbre Bougane qui a réagi tout aussi violemment pour lui rappeler qu’il a ‘’la mémoire courte (car) Ousmane Sonko a certainement oublié qu’il est à l’origine de la suspension du signal de Sen Tv au soir du 31 décembre 2019“.

Des diatribes qui en disent long sur le malaise ressenti dans une opposition qui, jusqu’ici, avait du mal à s’affirmer pour porter les revendications des sénégalais.

Les inondations ont offert ainsi un second souffle à celle-ci mais le virage semble, encore une fois, mal amorcé.

En effet, l’opposition, c’est tout aussi bien les partis que les mouvements politiques. Ainsi, toutes ses associations dont le but est justement la conquête du pouvoir, à défaut de travailler ensemble, devraient avoir une autre préoccupation que celle de se tirer dessus.

Car, se faisant, ils se divisent et s’affaiblissent davantage face à un camp du pouvoir qui cherche, encore, à se massifier par l’arrivée en masse de nouvelles têtes.

Sans chercher à savoir qui a tort ou qui a raison, il est important de souligner que tous les leaders y compris Macky Sall avaient lancé un appel à la solidarité nationale lorsque les fortes pluies du 5 septembre ont causé beaucoup de dégâts.

Sonko, Idy, Macky et bien d’autres ont tendu la main aux bonnes volontés pour soutenir l’effort national en faveur des sinistrés. Nous pensons que c’est ce que Bougane a fait. Et il est difficile de justifier les attaques contre sa personne autrement que par une logique politicienne, c’est-à-dire partisane. A moins que Sonko n’ait pas tout dit parce qu’en possession d’informations que nous n’avons pas…

En tout état de cause, ces genres de diatribes ne font qu’arranger le camp d’en face. Pis, elles vont distraire inutilement une opinion publique souvent friande de casseroles.

Malheureusement, c’est une façon maladroite d’occulter les vraies questions de l’heure, celles liées notamment à la pandémie à coronavirus et aux inondations pour ne citer que celles-là.

Aujourd’hui, nous attendons de tous les acteurs politiques, de l’opposition comme du pouvoir, de mettre le turbo sur les questions essentielles et d’éviter tout jeu politicien dans un contexte pareil.

Certes, nous n’avions pas approuvé le silence de Idrissa Seck ni celui de Me Wade, mais vaut mieux se taire que de s’engager dans certains débats qui sont pour discréditer l’opposition aux yeux d’une opinion publique déjà durement éprouvée.

Le sentiment qui se dégage, c’est que Macky, en soulevant le débat sur le statut de l’opposition et le chef de cette dernière, a fini de semer le trouble dans les rangs en aiguisant les appétits.

Tout indique qu’une bataille de positionnement a été engagée par les uns et les autres et Sonko qui semble être relégué au second plan avec l’évocation du nom d’Idrissa Seck et d’Abdoulaye Wade pour diriger l’opposition, ne veut pas se laisser écraser.

Malheureusement, si la polémique enfle, c’est toute l’opposition qui va en pâtir avec une réelle difficulté à convaincre de sa bonne foi alors que les batailles politiques qui se profilent à l’horizon sont d’une importance capitale.

En se trompant de combat et d’adversaire, elle signe les pages de probables défaites futures dont elle sera seule à en porter la responsabilité.

Assane Samb




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*