KANE DIALLO : « Baba Maal et mon père m’ont beaucoup influencé»




El Hadji Kane Diallo, jeune artiste commence à percer sérieusement sur la toile et occupe une bonne place dans le show Biz. Fils aîné de Mbassou Niang défunt manager de Baba Maal, Kane Diallo Niang bercé depuis son enfance par la musique, suit les pas de son père avec Welma, son groupe.  Rewmi a voulu connaître ce jeune phénomène qui nous parle de ses débuts dans la musique, ses relations avec Baba Maal,  sa vie amoureuse… Entretien !

PRESENTEZ-VOUS AUX LECTEURS ?

Je suis un fils du Fouta, je suis le fils de Feu Mbassou Niang, ancien manager de Baba Maal. On ne peut pas parler de Baba Maal sans pour autant évoquer Mbassou Niang. Pour faire court, je suis le fils d’un homme de culture, un homme qui était tres grand coté culturel

QUE FAITES VOUS EN DEHORS DE LA MUSIQUE ?

Je travaille, je fais de l’infographie, des montages… entres autres activités

QU’EST-CE QUI VOUS A POUSSE A FAIRE DE LA MUSIQUE

Je dirais plutôt que mes parents m’ont beaucoup influencé. Etant très jeune, je les voyais à la télévision faire de la musique et cela me faisait plaisir. Du coup, je rêvais de faire comme eux, un jour. Il y a aussi le fait que mon papa Mbassou Niang était un artiste, mais aussi son ami Baba Maal m’a beaucoup influencé.

QUELLES ETAIENT VOS RAPPORTS AVEC VOTRE PAPA ?

On avait des liens très forts. C’était mon idole. Mais malheureusement nous n’avons pas vécu beaucoup de chose ensemble. Nous avons vécu que 20 ans ensemble ! J’aurais aimé qu’il soit là pour être témoin de beaucoup de choses mais Dieu en a décidé autrement. Mais n’empêche,  je m’efforce de faire en sorte qu’il soit fier de moi de là où il est. En plus d’être mon idole, nous étions très proches et il m’a inculqué beaucoup de choses.

QUELLE A ETE LA REACTION DE VOTRE PERE QUAND IL A DECOUVERT QUE VOUS FAISIEZ DE LA MUSIQUE ?

Il ne savait pas que je chantais !  Il a eu échos de cela à travers un de mes papas et une cousine. Ils lui disaient (le papa et la cousine) tout le temps que j’étais un bon chanteur et qu’il fallait qu’il prenne la peine de m’écouter un jour. Et un soir, vers les coups de 5h du matin, au moment où je lui faisais un massage des pieds (il est nostalgique), il me dit qu’il était au courant pour la musique et il m’a demandé de lui chanter quelque chose. Je n’attendais que ce moment et je lui ai chanté une chanson de Thione Seck qui est aussi mon idole. Quand j’ai chanté, j’ai senti de l’émotion en lui, à tel point qu’il tremblait des pieds. Après, il n’a eu aucune réaction, il s’est juste levé et est allé se coucher. Sur le coup, j’ai eu peur et je me suis posé mille et une questions. J’avais même peur qu’il m’amène au « Daara ». Le lendemain, j’étais à l’école et en pleine réunion, il m’a appelé et m’a fait savoir qu’il était chez mon papa Baba Maal et que je devais chanter quelque chose. Il avait dit a Baba Maal que je chantais mais ce dernier ne l’avais pas cru. Je lui ai dit que je n’étais pas dans les bonnes dispositions pour chanter. Alors  il m’a demandé de le faire dans les toilettes. J’y suis allé et j’ai chanté. Baba Maal a eu du mal à croire que c’était moi. Il me trouvait très timide. Apres ce jour,  j’ai été invité au Centre culturel Douta Seck pour ma première prestation.

QUELS SONT VOS RAPPORTS AVEC BABA MAAL ?

 Mbassou Niang et Baba Maal font partis de ma carrière. Ce n’est pas moi qui ai forcé les choses pour qu’ils en fassent partie. Ils se sont impliqués tout seuls. Ils sont tous les deux mes papas, mes références, mes miroirs. Et c’est très normal que je parle à chaque fois d’eux. A l’heure actuelle mon « kilifa », c’est Baba Maal et mes autres papas. Et Dieu a voulu que cela soit ainsi. C’est une bonne personne qui s’enquiert toujours de la situation de ma famille.

POURQUOI LE THEME DE L’AMOUR REVIENT TOUJOURS DANS VOS CHANSONS ?

Quand je parle à chaque fois d’amour, c’est de façon stratégique. Je connais mon public sénégalais et je pense que j’adopte la bonne stratégie. J’ai des chansons où j’aborde d’autres thèmes très forts que je ferais bientôt découvrir à mon public. Mais pour l’heure, nous sommes dans le cadre de l’amour, donc nous continuerons à le chanter (dit-il sur un ton taquin).

QU’EST-CE QUI EXPLIQUE LE SUCCES DE VOTRE CHANSON WELMA ?

Parfois il arrive que l’on fasse des choses les yeux fermés sans en connaitre les retombées. C’est Dieu qui fait le reste. Je ne m’attendais pas à ce que cette chanson eût un tel succès, au point de faire le tour du monde. Des Indiens m’ont fait des vidéos sur la chanson et me les envoyer. C’est Dieu qui a voulu que cela se passe comme ça mais aussi quand on chante, il faut que ça vienne du cœur, de la tête mais aussi le plus important est que tout doit être naturel. Il faut chanter de façon très simple pour captiver ceux qui nous écoutent.

QUEL ARTISTE CONSIDEREZ-VOUS COMME LE PLUS TALENTUEUX ?

(Rire) Je ne citerais pas de nom, je les trouve tous aussi talentueux les uns que les autres. Ils sont tous mes amis et travaillent comme il se doit. J’ai pour habitude de dire que les artistes doivent être plus unis. Pour moi, un artiste devrait être en mesure de se déplacer et aller voir son collègue artiste. L’autre artiste peut détenir un savoir que lui n’a pas et vice versa. Avant je voyais souvent les artistes entre eux faire des duos, maintenant ce n’est plus le cas. Parfois il arrive que tu veuilles faire des duos avec des artistes mais c’est tout à fait un problème et je ne comprends pas le pourquoi. Certains ne comprennent pas que faire des duos peut ouvrir d’autres perspectives. Dans les autres pays, ils le font pourquoi pas nous ! C’est une question que je me pose souvent. Mon rêve à moi, est de voir les grands artistes faire des duos avec les jeunes artistes et vice versa. Et aussi que les nouvelles générations fassent des duos entre eux. Ce que nous artistes devons arrêter de faire c’est de « suivre nos fans  Nous ne devons pas les suivre mais nous nous devons de les écouter.

POURQUOI CHANTEZ-VOUS SOUVENT EN SOLO ? PEUT-ON S’ATTENDRE A UN DUO ?

Cela se fera très bientôt (il insiste) ! J’ai déjà eu à faire des duos avec quelques artistes et vous les découvrirait très bientôt. Je prévois aussi d’en faire dans mon prochain album. Il faut oser, prendre les géants de la musique, les approcher et les proposer des duos. C’est très important.

QUEL IMPACT A EU LA COVID-19 DANS VOS PROJETS MUSISCAUX ?

La pandémie nous a tous beaucoup affecté mais nous rendons grâce à Dieu. C’est lui qui décide de ce qui ce passe et nous savons qu’il nous réserve le meilleur. Nous sommes patients et le reste se fera le moment venu. En attendant, nous restons chez nous tout en respectant les mesures barrières.

QUE CONSEILLEREZ-VOUS AUX JEUNES QUI VEULENT FAIRE DE LA MUSIQUE ET QUI N’OSENT PAS SE LANCER ?

Qu’ils bossent dur parce que nous sommes dans un monde où pour faire de la musique, il faut vraiment bosser. Moi je regrette beaucoup de choses. J’ai perdu beaucoup de temps alors que je devais beaucoup bosser. Le conseil que je leur donner, c’est de ne pas suivre la tendance actuelle, qu’ils ne suivent pas le bruit et qu’ils bossent très dur. Les artistes comme Baba Maal, Youssou Ndour … entre autres doivent servir d’exemple. Ils doivent savoir que la musique, ce n’est ni de la blague, ni de la comédie, au contraire on doit la prendre avec beaucoup de sérieux. Si aujourd’hui au Sénégal on n’arrive pas a exporté notre musique, c’est parce qu’il y a un probléme. Et le problème, c’est que l’on ne bosse pas, et pire on ne fait pas de recherches. C’est vraiment dommage !

ETES-VOUS UN CŒUR A PRENDRE ?

(Rire) Je suis en relation avec une fille et pour le moment tout ce passe très bien et ça me rassure. Que Dieu nous fasse aller de l’avant et nous préserve du mauvais œil.




2 commentaires sur KANE DIALLO : « Baba Maal et mon père m’ont beaucoup influencé»

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*