Dakar va produire des tests rapides de dépistage du coronavirus




Un kit va être produit à l’Institut Pasteur de la capitale conjointement entre le Royaume-Uni et le Sénégal pour garantir la disponibilité des tests sur le continent.

La course contre la montre est engagée. L’Institut Pasteur de Dakar, en partenariat avec la société britannique Mologic, s’est fixé l’objectif de mettre sur le marché dès le mois de juin des tests rapides pour diagnostiquer les personnes atteintes du Covid-19 en dix minutes. Un prototype, fabriqué au Royaume-Uni, est en cours d’évaluation au Sénégal, en Espagne, en Chine, en Malaisie et au Brésil.

« Les tests seront réajustés en fonction des résultats. Il faut qu’ils soient efficaces et performants avant tout, assure le professeur Amadou Sall, directeur de l’Institut Pasteur de Dakar, virologue et spécialiste des maladies émergentes. Quand le prototype sera suffisamment robuste, nous le produirons ici pour le rendre accessible en Afrique. »

Ce projet est une réponse à l’appel du docteur Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : « Testez, testez, testez. Testez tous les cas suspects. » Le but est de diagnostiquer un maximum de personnes contaminées, pour les isoler et les prendre en charge, et enfin pouvoir maîtriser la chaîne de transmission et endiguer la pandémie sur le continent africain. Déjà plus de 11 000 cas de coronavirus y ont été confirmés, causant la mort de plus de 500 personnes. Si l’OMS a assuré avoir expédié près de 1,5 million de tests à 120 pays dont des africains, il en faudra bien plus au continent.

« Aussi simple qu’un test de grossesse »

Entreprise britannique de biotechnologie, Mologic est spécialisée dans les diagnostics rapides pour les épidémies comme Ebola, la rougeole, la fièvre jaune, la dengue et le paludisme. Elle a reçu une subvention d’un million d’euros de la part du gouvernement britannique pour travailler sur ce projet en partenariat avec l’Institut Pasteur de Dakar. « Le diagnostic est une arme essentielle dans la lutte contre cette pandémie et, une fois prêt, ce test permettra un diagnostic abordable, plus précis et plus précoce de l’infection, limitant la propagation de la maladie », a annoncé le professeur Paul Davis, cofondateur et chef scientifique à Mologic.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*