GENDAMERIE : Jean-Baptiste Tine décline sa feuille de route




Le nouveau Haut Commandant de la Gendarmerie et Directeur de la Justice militaire, a officiellement pris fonction. Jean Baptiste Tine  qui a été installé hier à la caserne Samba Diéri Diallo de Colobane, fixe ses priorités

Le Général de division Jean-Baptiste Tine, nouveau Haut Commandant de la Gendarmerie et Directeur de la Justice militaire, a été installé hier à la tête de la Gendarmerie nationale. Il a dévoilé sa feuille de route et fixé ses priorités. D’abord, le successeur du général Cheikh Sène a promis de relever les défis liés à la sécurité, dont la « menace terroriste », l’insécurité routière et la criminalité transfrontalière. «Pour ma part, les défis principaux à relever sont la menace terroriste, l’insécurité routière, le vol de bétail, les violences faites aux personnes vulnérables, la criminalité transnationale et transfrontalière organisée, dont le trafic de drogue, l’agression contre l’environnement », a-t-il déclaré, lors de la cérémonie d’installation présidée par le Ministre des Forces armées, Sidiki Kaba. Il rassure que des réponses diligentes et appropriées doivent être apportées aux ‘’nombreux défis’’ liés à la sécurité. « En même temps, nous devons privilégier la prévention et l’anticipation, tout en nous adaptant aux changements de paradigmes en matière de sécurité. Selon lui, un « plan stratégique » a été mis en œuvre durant la période 2017-2019 pour « améliorer la performance de la Gendarmerie ». Il dit souhaiter qu’une « évaluation » de ce plan soit faite pour tirer profit de ses avantages, en déceler « les insuffisances » et aller vers un nouveau plan. Le général Tine a promis de travailler au « succès de la Gendarmerie nationale » et de garantir sa « fidélité aux institutions, idéaux et valeurs de la République ».

Entré en service le 1er septembre 1981, le général aura gravi tous les échelons avant de toucher le Graal. Sous-lieutenant dès le 1er octobre 1984, lieutenant en 1986, capitaine en 1991, chef d’escadron à partir de 1997, il a été nommé lieutenant-colonel en 2003, puis colonel en 2006. Par la suite, il a fallu attendre sept longues années avant de le voir au sommet de la hiérarchie militaire, en tant que général de brigade. Il rejoignait ainsi les généraux de brigade Ousmane A. Dièye, Meïssa Niang et Cheikh Sène à qui il a succédé après 38 ans de service. Né le 4 septembre 1961 à Thiès, Jean-Baptiste Tiathié Tine est sorti de la prestigieuse Académie royale militaire de Meknès au Maroc. Egalement diplômé de l’Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale de Melun en France, il est connu pour son engagement, ses compétences ainsi que sa grande loyauté.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*