MEURTRE A MALIKA Abdou Razab Kane poignardé à mort par des malfrats




L’insécurité continue de frapper les localités les plus enclavées de la banlieue. Et la mort d’un homme de 29 ans qui a été poignardé à mort par des malfrats qui n’ont rien trouvé de mieux que de prendre la poudre d’escampette après avoir commis leur forfait, en est une preuve. Une affaire qui alimente les débats au niveau Malika.

Les faits se sont déroulés à Malika, l’une des communes confrontées à de réels problèmes d’insécurité. Selon les personnes trouvées sur place, « la victime se nomme Abdou Razab Kane. Il était âgé de 29 ans, divorcé et père de gamins de 3 et de 5 ans. Il a été poignardé à mort par des malfrats qui voulaient lui chiper son sac et ses téléphones portables. Au cours de la bagarre, car il s‘est opposé au vol, ses bourreaux lui ont assené plusieurs coups de couteaux. Abdou dont le sang giclait, titube avant de tomber », racontent les témoins interrogés par Rewmi. Suffisant pour que les populations de cette zone dénoncent les nombreux cas d’agressions dont elles sont victimes. Pour un notable, « il ne se passe pas une semaine sans qu’on n’enregistre des cas du genre à Malika, surtout au rond-point où Abdou Razab Kane a été froidement tué.

Les malfaiteurs se réfugient dans les filaos très touffus, non loin des habitations ». Le père de la victime a tenté d’expliquer les faits. « Mon fils qui ne savait pas qu’il avait rendez-vous avec la mort, était infographiste. Il n’était sur les lieux du crime à cette heure-là que pour attendre une personne qui avait fait des commandes d’habits qu’il avait déjà confectionnés. C’est là-bas que les malfrats l’ont trouvé. Il ne faisait pas tellement nuit au moment des faits. Les auteurs de l’acte se sont enfuis après leur forfait. Arrivés sur les lieux, les parents, les curieux et autres badauds n’ont rien pu faire que constater les dégâts », déclare Ibrahima Kane, père de la victime. La police qui avait été alertée, a effectué son constat puis a ouvert une enquête pour mettre la main sur les meurtriers. La dépouille d’Abdou Razab a été finalement déposée à la morgue de l’hôpital de Thiaroye par les sapeurs-pompiers. Les parents, sous le choc, attendent l’autorisation des autorités pour récupérer le corps de leur fils pour des besoins de l’inhumation.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*