FAUX BILLETS: Bougazelli démissionne de l’Assemblée




Le député Seydina Fall alias Bougazelli n’est plus député à l’Assemblée nationale. Il a rendu hier son mandat de député. 

Le député Seydina Fall a adressé hier une lettre de démission de son mandat de député au président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse. Présumé cerveau dans l’affaire des faux billets pour laquelle il est cité, Bougazelli veut se mettre à la disposition de la justice dans le cadre de l’enquête menée par la Section de Recherches.

Bougazelli : « Je n’ai pas encore démissionné »

Le député Seydina Fall, alias Bougazelli, a démenti avoir démissionné de son poste de député. « Je n’ai pas encore démissionné. Cela dépendra de la suite des évènements. Je me rends à la section de recherche de la gendarmerie. On me posera des questions je répondrai. Mais je ne démissionne pas », a indiqué le député sur la Rfm. De sources proches de l’Hémicycle, Bougazelli a bel et bien démissionné. La lettre de démission est parvenue à la table de l’Assemblée nationale, ce  mardi 19 novembre 2019.

Niasse confirme  sa démission

« J’annonce officiellement que la lettre de démission du député Seydina Fall a été reçue à 15 heures. Acte lui en a été donné et son remplacement sera réalisé selon les procédures prévues par le règlement intérieur en son article 7, le moment venu c’est-à-dire au moment de la tenue de la prochaine séance plénière », a annoncé le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse après s’être entretenu avec les présidents de groupes parlementaires.

Bougazelli s’est rendu à la Section de recherches et (re)convoqué ce mercredi

Le député Seydina Fall alias Bougazelli a enfin déféré à la convocation de la Section de Recherche, fin  de l’avis de recherche. Introuvable depuis jeudi dernier, le député, présumé cerveau dans l’affaire des faux billets de 32 milliards s’est présenté hier aux enquêteurs pour sa deuxième audition à la Section de recherches de la Gendarmerie, après avoir fait faux bond à deux reprises. Il était accompagné de son  avocat, Me El Hadji Diouf.  Dès son arrivée sur les lieux à 17 heures, à bord d’une voiture de type 4X4, Bougazelli, tout de blanc vêtu, s’est directement dirigé vers… la mosquée pour s’acquitter de la prière de « Takussan ». « Maylénma ma juli » a-t-il dit, avant de rejoindre le bureau du commandant. En compagnie de son avocat,  n’y aura pas duré. Après un bref face à face avec les enquêteurs, Seydina Fall est sorti et a fait face à la presse pour une déclaration dans laquelle il confirme avoir déposé une lettre de démission de l’Assemblée nationale. Il révèle également, dans la foulée, qu’il a été convoqué à nouveau demain, mercredi.

Bougazelli a commis 30 avocats

Un pool d’avocats s’est constitué pour assurer la défense du député Seydina Fall alias Bougazelli. « Il y a déjà 30 avocats commis pour assurer la défense de Bougazelli. On disait qu’il avait fui, qu’il voulait quitter le territoire, il est là. On ne peut pas entendre quelqu’un sans la présence de son avocat et la première fois, ni moi ni Me Alassane Dioma Ndiaye n’étaient là », a déclaré Me El Hadj Diouf.

« Je n’ai rien à voir dans cette affaire »

Avant de déférer à la convocation de la Section de Recherches, Bougazelli est sorti de son mutisme pour rassurer qu’il est prêt à répondre à la justice.  « J’ai rencontré mes avocats. J’ai décidé d’aller répondre aujourd’hui à la convocation de la gendarmerie. Donc, je serais à la section de recherches », a déclaré le député. Il explique pourquoi il n’a pas pu déférer à la convocation. «La dernière fois, quand il quittait la gendarmerie,  j’étais malade et je me suis rendu à Touba, le soir même.  J’avais une hyperglycémie et le médecin traitant m’avait demandé de me reposer. Maintenant, je vais beaucoup mieux. Comment on peut penser que j’avais fui. Pourquoi devrais-je fuir. Même si j’avais commis un crime, je n’aurais pas fui pour laisser ma famille, ici, à fortiori, je suis innocent dans cette affaire », explique-t-il.

Il plaide non coupable : « Ce sont des histoires. Personne ne m’a vu me livrer à une telle pratique. Je peux jurer que je n’ai rien à voir dans cette affaire. Les personnes arrêtées dans cette affaire, je ne les connais pas. Parmi elles, je ne connais que le nommé Samba. Mais, la vérité finira par éclater.»

Il rembobine : « il faut que la justice fasse son travail. Le commandant de la brigade de recherches m’a entendu et m’a traité avec tous les égards. Il sait bien que je suis malade. Je suis diabétique et il arrive que parfois, mon taux de glycémie atteigne les 4,80. Donc, j’étais malade. Je respecte la justice de mon pays et je suis prêt à respecter toute décision de justice me concernant dans le cadre de cette affaire.»

A rappeler que le député a été arrêté, le 14 novembre, par la Section de recherches de la gendarmerie pour trafic présumé de faux billets. Auditionné le même jour, il a finalement été relaxé, alors que ses présumés complices ont été déférés au parquet depuis hier lundi, 18 novembre avant de bénéficier d’un retour de parquet.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*