Hong Kong: les reclus de la PolyU refusent de rendre les armes, au troisième jour de siège




Hong Kong – Les dizaines de manifestants pro-démocratie retranchés depuis dimanche dans un campus hongkongais ont refusé mardi de se rendre en dépit des appels en ce sens des autorités locales et des menaces d’intervention de plus en plus explicites du gouvernement chinois.

Le siège de l’Université polytechnique de Hong Kong (PolyU) constitue la confrontation la plus longue et la plus violente avec les forces de l’ordre depuis le début de la contestation en juin dans l’ex-colonie britannique.

De nombreux lycéens demeuraient à l’intérieur de ce campus situé sur la péninsule de Kowloon, redoutant d’être arrêtés par la police. Face à la baisse des températures mardi, beaucoup étaient enveloppés dans des couvertures de survie.

Certains manifestants ont réussi lundi soir une audacieuse « évasion » en descendant d’une passerelle au moyen de cordes avant d’être récupérés en contrebas par des motos et des scooters.

Le sort des reclus de la PolyU a suscité une vague d’émotion au sein de la mouvance pro-démocratie à l’origine de la plus grave crise politique dans l’ex-colonie britannique depuis sa rétrocession en 1997 à Pékin.

– « Une seule option, la prison » –

Des dizaines de milliers de personnes ont ainsi manifesté lundi soir à Kowloon pour alléger la pression sur la PolyU et créer des contre-feux afin d’attirer la police anti-émeutes, qui s’est dite prête à faire usage de balles réelles.

La cheffe de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam, qui est désignée par un comité acquis à la cause de Pékin, a estimé mardi à une centaine le nombre de protestataires toujours retranchés.

S’exprimant pour la première fois depuis le début de ce siège, elle a affirmé que ces derniers n’avaient d’autre solution que de se rendre.

« Ce but ne peut être atteint qu’avec la pleine coopération des manifestants, et notamment des émeutiers qui doivent cesser les violences, rendre les armes et sortir pacifiquement en écoutant les instructions de la police », a averti Mme Lam.

Elle a promis que les mineurs qui se rendraient ne seraient pas arrêtés. Les protestataires majeurs sont, eux, passible de dix ans d’emprisonnement.

« Même si nous nous rendons, ils nous mettront en prison », a déclaré à l’AFP un étudiant en mécanique. « On donne l’impression que nous avons deux options, mais il n’y en a qu’une: la prison ».

– Pékin « pas les bras croisés » –

Depuis trois jours, les protestataires accueillent toutes les tentatives de les déloger par des barrages de cocktails Molotov. Un policier a même été blessé à la jambe par une flèche tirée par un manifestant.

Les soldats de l’armée chinoise, en garnison à Hong Kong depuis la rétrocession, sont sortis ce weekend de leur caserne pour déblayer certaines rues des barricades. Une intervention qui a alimenté l’hypothèse d’une opération militaire.

L’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, Liu Xiaoming, a averti que Pékin ne resterait pas « les bras croisés » si la situation dans le territoire devenait « incontrôlable ».

Le régime chinois a également balayé la décision de la Haute cour hongkongaise qui a jugé anticonstitutionnelle l’interdiction du port du masque par les manifestants.

« La décision de la Haute cour affaiblit gravement la gouvernance du chef de l’exécutif et du gouvernement » de Hong Kong, a déclaré Zang Tiewei, porte-parole de la commission des Lois du comité permanent de l’Assemblée nationale populaire (ANP), selon les médias d’Etat.

– Les écoles vont rouvrir –

M. Zang a estimé que seule l’ANP avait le pouvoir de décider si une loi est ou non conforme à la loi fondamentale hongkongaise.




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*