Économie : Salon tournant de l’ESS, le rendez-vous du Sénégal a pris fin.




Le Sénégal était depuis quelques jours (29 Oct – 05 Novembre 2019), la plaque tournante de l’économie sociale et solidaire entre le Maroc, la Côte d’Ivoire et Sénégal au Centre des Expositions de la nouvelle Cité Ministérielle de Diamniadio.

Clap de fin, du Salon tournant de l’Economie Sociale et Solidaire qui en est à sa deuxième édition . Après Novembre 2017 à Marrakech, les jalons du « petit commerce » étaient orientés pour 2019 à Dakar afin de prendre en compte les rectificatifs à la déclaration commune issue de l’édition précédente. Et c’est au Sénégal le lieu revoir de tout ça.Ainsi après 7 jours de d’échanges, de ventes, de découverte, et ou de visites, l’heure était venue pour la Ministre de la Microfinance de l’économie Sociale et Solidaire M. Z. I. T. Diop de faire le bilan de l’activité.

Cependant selon les statistiques provisoires provenant du discours de clôture de cette dernière, il y a eu 301 expositions commerciales enregistrées, 46 expositions institutionnelles, 3000 visiteurs durant une semaine. Lors du Forum scientifique du 29 Octobre, 459 personnes ont participé aux débats par panel. A cet égard, les communications et échanges, ont été structurés autour de Cinq thématiques:1. « L’ESS: Concepts et réalités »,2. « L’ESS dans la territorialisation des politiques publiques »,3.  » Cadre réglementaire de l’ESS : état des lieux et perspectives »,4.  » Les mécanismes de financement de l’ESS »,5. « Nouvelles opportunités pour les acteurs de l’ESS (Loi sur le contenu local, habitat social et mutualité ».En définitive,  selon la Ministre, il s’agit de « considérer l’ESS comme un levier d’actions prioritaires au service de l’inclusion sociale et de la croissance harmonieuse et durable. (…)des propositions ont été faites pour faciliter et garantir la sécurisation des opérations au profit des acteurs et des dispositifs adéquats pour les coûts de transaction (…), la mise en œuvre de la loi sur le contenu local en tissant des partenariats gagnant-gagnants entre les investisseurs étrangers et les opérateurs économiques locaux dans l’exploitation dans les différentes chaînes de valeurs » a-t-elle conclu.Avant de déclarer clos ce deuxième salon.

.En définitive,  selon la Ministre, il s’agit de « considérer l’ESS comme un levier d’actions prioritaires au service de l’inclusion sociale et de la croissance harmonieuse et durable. (…)des propositions ont été faites pour faciliter et garantir la sécurisation des opérations au profit des acteurs et des dispositifs adéquats pour les coûts de transaction (…), la mise en œuvre de la loi sur le contenu local en tissant des partenariats gagnant-gagnants entre les investisseurs étrangers et les opérateurs économiques locaux dans l’exploitation dans les différentes chaînes de valeurs » a-t-elle conclu.Avant de déclarer clos ce deuxième salon.Ignorant son coût exact et les finances régénérées, le 2e Salon tournant de l’Economie Sociale et Solidaire Sénégal 2019, s’achève sur bonne selon la Ministre qui a tenu à remercier au premier rang le chef de l’État Sénégalais dans sa volonté d’accompagner le secteur. Mais aussi et surtout les pays frères le Maroc et la Côte d’Ivoire.Prochain rendez-vous, la Côte d’Ivoire en Novembre 2021.

Ansou Mané/ Sunuxibar.com




Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*