Dame Diop: «1,5 million de jeunes sont sans formation»

Le Ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat, Dame Diop, et le Directeur général de l’Agence française de Développement (Afd), ont visité, hier, le centre sectoriel des métiers portuaires.

Prenant la parole à cet effet, Dame Diop a soutenu qu’il était important de montrer aux partenaires ce qui a été fait en termes de travail pour la jeunesse du pays. A l’en croire, l’Afd a contribué au financement, à la construction, à l’équipement de ce centre et à la formation des formateurs. « L’Etat a mis du personnel et a développé un partenariat public-privé très innovant dans le cadre de la formation professionnelle. Les perspectives, c’est que les demandes et les attentes sont fortes pour la jeunesse sénégalaise. Pour toute cette jeunesse qui n’est pas dans un dispositif de formation, j’ai évoqué tantôt un 1,5 million de jeunes qui ne sont dans aucun dispositif de formation et pour lesquels le président Macky Sall nous a demandé de hâter le pas dans leur prise en charge en termes de formation. Ce sont des formations de ce genre que nous allons développer avec nos partenaires », a-t-il dit. Avant d’ajouter : « nous allons travailler sur l’extension du centre parce que la demande est forte. Si nous organisons des tests d’entrée, on n’a pas moins de 3000 jeunes qui viennent s’inscrire. Donc, nous travaillons avec la directrice pour élargir ce centre, mais aussi, dans un court terme, avoir des antennes à l’intérieur du pays ». De son côté, le Directeur général de l’Afd a rappelé que les enjeux de formation, les enjeux de jeunesse, les enjeux sportifs, sont essentiels ici au Sénégal. « L’Afd a contribué avec le Sénégal à sortir de terre ce centre qui donne de très bons résultats. Deux millions et demi d’euros ont été investis ici pour renforcer la qualité de la formation dans les métiers portuaires. On a vu les élèves et on est impressionné par tout le travail des formateurs. C’est ça dont le pays a besoin. Des formations courtes, qualifiantes, qui permettent de mettre à niveau et de mettre le pied à l’étrier à toute cette jeunesse sénégalaise qui cherche du travail et qui en trouve au fur et à mesure que le pays se développe et va vers l’émergence », a-t-il martelé.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*