Dialogue national, chef de l’opposition…: Le Grand Oral de Yankhoba Seydi

Pr Yankhoba Seydi, par ailleurs secrétaire national chargé des relations internationales et directeur de l’école du parti Rewmi, a été, ce samedi, l’invité du Grand Oral. Sur les ondes de la 97.5 Rewmi Fm, il a abordé plusieurs sujets d’actualité dont le dialogue national, le statut du chef de l’opposition, le fonctionnement de son parti Rewmi. Sans oublier le mutisme de son mentor, Idrissa Seck. Morceaux choisis.

Comment se porte le parti Rewmi ?

Notre parti se porte très bien. Vous posez la question parce qu’entre temps, on a eu à enregistrer des départs. Des départs que je qualifie de plutôt médiatiques. Ceux qui sont venus avant, pendant et après ces départs sont plus nombreux et plus importants que ces départs-là. Naturellement, personne ne souhaite des départs dans un parti. Puisqu’on forme un parti avec des objectifs de conquête du pouvoir cela veut dire qu’on veut aller à des élections. Or, pour aller à des élections, on pense à de l’arithmétique. Tout départ est regrettable et ces gens qui sont partis ont eu à servir notre parti d’une façon qui fait qu’on ne peut pas ne pas regretter leur départ. Mais nous, notre parti, c’est comme dit notre leader, la porte d’entrée est libre mais aussi la porte de sortie elle est libre aussi. C’est un parti libéral et ceux qui sont partis ont certainement des raisons. Toutefois, il y a des adhésions jusqu’à présent. Parce que ces gens ont compris que le Sénégal se cherche toujours, on a fait confiance à des leaders qui ont trahi.

Idrissa Seck, est-il en train de poser des actes pour maintenir les militants dans le parti ?

Mais bien sûr. Mais quand quelqu’un veut sortir, vous ne pouvez pas le retenir (…). Parfois, les gens n’ont pas de raison particulière liée à leur vie militante qui font qu’ils partent. Quand ces gens-là reconnaissent que celui qui a façonné leur personnalité, que ce soit sur le plan de la politique ou sur le plan de la vie tout court, c’est Idrissa, mais si ces gens-là partent parce qu’ils ne croient plus à ces idéaux ou à ce qu’ils disaient avant.

Pourquoi ce silence, le silence d’Idy ?

Tout le monde se pose la même question. Et je vais vous faire une révélation. La dernière fois que j’ai communiqué avec lui sur les sujets dont vous parlez, il m’a répondu qu’il est en pleine réflexion. Parce que quand la situation change, les hypothèses et les idées d’avant doivent être mises à jour. Et pour ces mises à jour sur le plan politique, il faut une réflexion pointue. Nous savons tous qu’Idy a une intelligence politique qui déborde et il ne peut pas faire des erreurs. Avec tout ce qui s’est passé, il a besoin de temps. Il a besoin de réflexion. La période avant la campagne et la période de la campagne, ça a été difficile, ça a été dur. Il a été très déçu. Mais on comprend tous que l’élection présidentielle n’était pas une élection. Car Macky a emporté les élections, il a triché, il a fraudé pour se maintenir au pouvoir. Macky Sall, c’est quelqu’un qui n’excelle que dans la ruse. Il passe tous les jours que Dieu fait, 23 heures 59 minutes de ruse et seulement une minute de sérieux. Maintenant, Idy a besoin d’un temps de réflexion. Il ne communique pas à tout vent. Il choisira le moment idéal pour se prononcer.

Que pensez-vous du dialogue national ?

Le dialogue politique, c’est le summum de la ruse de Macky Sall. Qu’est-ce qui s’est passé ? Depuis 2012, qu’est-ce ce que les partis politiques et la société civile n’ont pas fait pour que l’ensemble des questions essentielles soient discutées. Il a systématiquement refusé et il a pris que des décisions unilatérales. Donc, comment Macky Sall peut-il, après la présidentielle, dire que c’est lui qui propose le dialogue national ? Ce n’est pas sérieux. On est allé au dialogue pour éviter que les gens nous disent qu’on a tort. On comprend, on va et on verra.


2 milliards pour le chef de l’opposition. Est-ce ce pour piéger l’opposition ou créer la confusion ?

Je vous dirai tout de suite oui parce que ce n’est pas saint. Dans le dialogue national, tout le monde pense qu’il n’y a que le dialogue politique car ce sont les questions de nature politique qui intéressent tout le monde. Comment cette question de 2 milliards s’est invitée sur la table ? Je ne suis pas d’accord que le chef de l’opposition reçoive 2 milliards parce que c’est beaucoup d’argent. Je le dis parce que je ne sais pas quels sont les critères qui vont être dégagés pour désigner le chef de l’opposition. Si on s’en tient aux résultats des dernières élections présidentielles, mais naturellement c’est Idrissa Seck. Il s’est classé deuxième donc, le débat ne se pose pas. Je dois préciser qu’Idy ne demande absolument rien du tout.

Rewmi Quotidien

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*